Accueil du sitePratiqueRessourcesPublications Thématiques du SNUipp
SNUipp-Infos : Rased, Psy, PEMF, ASH 1er et 2nd degré


Article visité 5678 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : vendredi 20 mars 2020

Pour en savoir plus sur :

ASH 1er et 2nd degré,
psychologues de l’éducation nationale,
maîtres formateurs

Publications ciblées : dossiers thématiques.
Les liens ci-dessous pointent vers le site national du SNUipp.

Comment notre système éducatif accueille et scolarise les enfants de migrants, toujours plus nombreux chaque année à rejoindre l’école ?

C’est à cette question que le SNUipp-FSU a choisi de consacrer son dossier. Les élèves allophones, autant de parcours, d’histoires et de profi ls différents, une langue première différente du français, une autre culture qu’il faut accueillir ainsi que leur famille pour accompagner ces élèves dans leur parcours scolaire vers la réussite.
Mais dans un contexte de réduction drastique de moyens pour répondre à toujours plus de besoins spécifi ques des élèves, les enseignant·es des Unités Pédagogiques pour Elèves Allophones Arrivants (UPE2A) peinent à mener leurs missions.

Cet enseignement adapté est-il lui aussi en train de subir le même sort que les RASED et les EGPA, à savoir se réduire à du conseil aux enseignant ·es de classes ordinaires ?
Pour le SNUipp-FSU, la classe ne peut répondre à tous les besoins spécifi ques des élèves au nom d’une école inclusive qui n’en porte trop souvent que le nom.
Sa mise en oeuvre, centrée essentiellement sur l’accompagnement des élèves en situation de handicap par des AESH précarisé·es, se fait à moindre coût et au détriment de l’enseignement spécialisé.

Faire front !

Le pays est traversé par des luttes sociales très fortes. Les mobilisations montrent l’attachement de la majorité de la population à la préservation d’un système solidaire de financement des retraites.
La question de l’investissement dans des politiques sociales et éducatives au bénéfice de tous est centrale : le choix du collectif plutôt que la solution individuelle d’assurance privée et la préservation des services publics !
Les psychologues sont présents pour défendre des valeurs porteuses d’avenir pour le « vivre ensemble » citoyen.
Dans le même temps, les espaces intermédiaires que constituent les instances paritaires sont frontalement attaqués par le gouvernement. La loi de « transformation de la fonction publique » publiée le 6 août 2019, retirant des compétences aux commissions administratives paritaires, avec cette année, la gestion de la mobilité et en 2021 la gestion des avancements, comporte des risques importants de délitement de la fonction publique.

Manque de places au concours, situation précaire des contractuel.les, assèchement des RASED fragilisent la profession de psychologues de l’EN en l’assignant à l’ « expertise », au détriment des missions de prévention et d’accompagnement inscrites pourtant dans le décret.
Une vision bien réductrice d’un métier centré sur l’humain ! Avec la FSU, le SNUipp-FSU appelle les psychologues et les personnels des écoles à faire front.

« Les formateurs et formatrices à l’école de la confiance »

Quel impact la loi Blanquer a-t-elle sur les missions des formatrices et formateurs ?
Dans un contexte difficile, où nombreux évoquent un véritable épuisement professionnel, le dossier de ce SNUinfos fait le point sur la question.

Au-delà des changements imposés par la loi, c’est bien l’ensemble de la politique éducative actuelle qui menace le coeur de métier des formateurs et formatrices. Le récent vadémécum de pilotage des classes dédoublées est emblématique du rôle que les conseiller-es pédagogiques pourraient avoir à jouer dans les circonscriptions : plutôt que d’accompagner et renforcer la professionnalité enseignante, la priorité serait donnée à la seule application des prescriptions ministérielles dans les classes.

Toutefois, nous avons des points d’appui : si le schéma directeur de la formation continue fait la part belle aux partis pris ministériels, il a cependant évolué et a pris en compte des propositions du SNUipp-FSU.
Ainsi les demandes des personnels sont intégrées dans l’élaboration des plans de formation. Les formateurs-trices, comme les représentant-es du SNUipp-FSU dans les instances académiques et départementales, peuvent prendre appui sur cette avancée pour lutter contre une formation qui se réduirait à l’application de consignes et de protocoles.
C’est sans doute l’un des leviers importants qui s’offrent à eux pour la sauvegarde des métiers, celui d’enseignant-e comme celui de formateur-trice.
Un levier dont ils devront s’emparer.

Enseignants spécialisés : se faire entendre !

Le mouvement du printemps contre la loi Blanquer a contraint le ministre non seulement à renoncer aux EPLSF et à une direction hiérarchique mais aussi à changer de ton.

Mais si l’on a pu croire un instant que la parole des enseignants et de leurs représentants aurait pu compter pour la rue de Grenelle, cela n’a pas duré. Pourtant, les enseignantes, les enseignants et le SNUipp-FSU ont beaucoup à dire sur ce qui permettrait à l’école d’avancer et de lutter contre les inégalités, comme changer le regard sur les structures spécialisées.

Trop souvent vues sous le prisme du gestionnaire, elles sont pourtant des lieux où les personnels innovent, réalisent des projets communs avec les classes ordinaires, organisent des apprentissages en lien avec l’orientation, le projet professionnel.
Elles montrent leur efficacité, et particulièrement là où prévaut la concertation en équipe.

Le SNUipp-FSU en poursuivant sa réflexion sur l’enseignement adapté dans le second degré en général imposera ce sujet au ministère.
Il continuera à tous les échelons de décisions à défendre et promouvoir ses structures émancipatrices et de réussite scolaire, à organiser des stages et des réunions d’informations syndicales avec l’ensemble des personnels et à revendiquer les moyens nécessaires à la réussite des élèves, en veillant à une scolarité au plus près de leurs besoins.