Accueil du siteSociétéInégalités : les chiffres
La pauvreté en Europe


Article visité 1545 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : samedi 17 mai 2014

Le taux de pauvreté en Europe varie de 5,8 % à 16,9 % selon le seuil utilisé.
A 60 % du revenu médian, le taux oscille de 10,1 % en Norvège à 23,1 % en Grèce. A 40 %, de 2,4 % aux Pays-Bas à 10,6 % en Grèce.

Source : L’Observatoire des Inégalités : La pauvreté en Europe

16,9 % des Européens, soit 84 millions de personnes selon l’institut Eurostat, vivaient sous le seuil de pauvreté en 2011 [1], si l’on prend en compte le seuil à 60 % du revenu médian national (voir encadré ci-dessous).
La Norvège, les Pays-Bas, (10,1 %) et le Danemark (13,1 %) font partie des pays où la pauvreté est la plus faible. Avec un taux à 14,1 %, le niveau de pauvreté en France est également parmi les plus bas d’Europe et le plus faible des pays les plus peuplés.

La Grèce (23,1 %) et l’Espagne (22,2 %) ont les taux de pauvreté les plus élevés. L’Italie n’est pas loin avec 19,4 % mais elle compte davantage de pauvres. Ces pays sont fortement touchés par la crise économique et ont un taux de chômage très élevé, notamment chez les jeunes.

En prenant en compte les seuils à 40 % du niveau de vie médian national (le cœur de la pauvreté), les hiérarchies et les écarts entre les pays sont modifiés.
En moyenne, 5,8 % de personnes sont touchées en Europe. Le taux de pauvreté du Danemark (5 %) est très proche de celui du Royaume-Uni (5,2 %) : en proportion, il y a donc autant de « grande pauvreté ».
La Grèce affiche le taux le plus élevé d’Europe (10,6 %) tandis que le taux français (3,2 %), un des plus faibles d’Europe, se situe entre les Pays-Bas (2,4 %) et la Norvège (3,5 %).

Ces données, qui datent de trois ans, minimisent le niveau de la pauvreté. A l’évidence, la situation a empiré dans la quasi totalité des pays avec l’accentuation de la crise de l’emploi.

Quel seuil de pauvreté retenir ?

Les taux de pauvreté correspondent à une proportion de la population qui vit avec un revenu disponible inférieur au seuil de pauvreté.
Ce dernier correspond à un pourcentage du revenu médian national. Le seuil le plus souvent utilisé équivaut à 60 % du revenu médian. Il s’agit d’une convention qui correspond à une conception large.
On peut tout aussi bien utiliser le seuil à 50 %, voire à 40 % qui se focalise sur la grande pauvreté. Aucun seuil n’est objectivement meilleur.

Le seuil retenu n’est pas le revenu médian européen mais le revenu médian de chaque pays.
Le Royaume-Uni enregistre 16,2 % de pauvres au seuil de 60 % du revenu médian contre 22,2 % en Espagne. Le seuil de pauvreté britannique est beaucoup plus élevé que le seuil espagnol si l’on considère cette donnée en valeur absolue : il est estimé à 882 euros par mois au Royaume-Uni contre 616 euros en Espagne (voir Les seuils de pauvreté en Europe).

[1] Faussement indiqués 2012 par l’organisme européen, qui assimile l’année de déclaration des revenus et celle de la perception.