Accueil du siteÉcoleRythmes scolaires
Semaine et Calendrier scolaires : Rapport de la mission parlementaire


Article visité 1530 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : jeudi 9 décembre 2010

Interdiction de la semaine à 4 jours, réduction du nombre d’heures quotidiennes, alternance entre sept semaines de classe et deux semaines de vacances, découpage en deux zones et réduction des grandes vacances, la mission d‘information de l’Assemblée nationale a rendu ses conclusions mercredi 8 décembre sur les rythmes scolaires.

Voir le rapport (site national du SNUipp)

La mission d’information de l’Assemblée nationale sur les rythmes scolaires a rendu son avis hier, mercredi 8 décembre, dans lequel elle préconise rien de moins que d’« interdire » la semaine de quatre jours à l’école primaire.
Composée à parité de députés de la majorité et de l’opposition parlementaire, la mission reprend des arguments qui lui ont été fournis par des chronobiologistes qualifiant ce système imposé par Xavier Darcos à la rentrée 2008 de « délirant » et « aberrant ». L’organisation sur quatre jours conduisant selon le rapport à des journées trop lourdes pour les enfants, il faudrait « réduire la durée de la journée en fixant un plafond quotidien horaire ». De facto cela signerait le retour de la semaine de classe organisée sur 9 demi-journées. Une telle mesure « apporterait une restriction à la liberté qui devrait être offerte aux acteurs locaux », mais « enverrait un signal fort de prise en compte de l’intérêt de l’enfant » indiquent les parlementaires.

Un redécoupage en deux zones
"Dans ce cadre, une heure d’étude surveillée pour tous les élèves pourrait être instituée, sans sacrifier pour autant l’aide personnalisée » ajoute le rapport.
Il précise cependant que cette dernière « pourrait être intégrée dans le temps de la classe, le temps scolaire ordinaire, ce qui permettrait de mettre en oeuvre dans les écoles une pédagogie réellement différenciée".
La mission s’est aussi intéressé au calendrier scolaire. Elle préconise de « respecter l’alternance entre sept semaines de classe et deux semaines de vacances prévue par le législateur ».
Dans ces conditions, il faudrait selon la mission allonger les vacances d’automne et raccourcir les vacances d’été « de deux ou trois semaines".
Ces mesures pourraient être accompagnées par un redécoupage en deux zones s’appliquant aussi aux grandes vacances, afin d’en compenser les effets sur l’économie touristique.

Le désaveu du ministère Darcos
Les travaux de la mission présentés par les députés Xavier Breton (UMP) et Yves Durand (PS), constituent la pièce que l’Assemblée nationale versera au débat de la Conférence nationale sur les rythmes scolaires.
Interrogé par la presse, le secrétaire général du SNUipp a estimé que le contenu de ce rapport constituait « un sacré désaveu pour Xavier Darcos qui a mis en place il y a seulement deux ans les mesures mises en causes par les députés ».
« Il y a un véritable consensus qui se dégage pour dire qu’école n’est pas dans le bon rythme », a souligné Sébastien Sihr, tout en indiquant que « si ce rapport pose de bonnes questions, le passage à l’acte sera difficile car le ministre devra franchir un sacré fossé ».

Un problème à ne pas prendre par le petit bout de la lorgnette
Pour le SNUipp il y aura donc des difficultés à surmonter pour mettre en oeuvre les préconisations des députés.
« La question des rythmes ne peut pas être traitée par le petit bout de la lorgnette, c’est-à-dire sous le seul angle du temps hebdomadaire. L’alternance 7 semaines 2 semaines et le nouveau zonage ne peuvent être mis en place sans heurter les intérêts du tourisme.
La réorganisation de l’articulation entre temps scolaire et périscolaire ne pourra se faire sans le concours des collectivités, ce qui va poser des problèmes d’équité territoriales entre les communes susceptibles de proposer une offre éducative de qualité et celles qui ont moins de moyens ».
Le SNUipp remettra lui aussi dans les prochains jours sa contribution à la conférence nationale. Cette dernière devra présenter ses conclusions à Luc Chatel dans le courant du mois de janvier, le ministre ayant prévu d’annoncer ces décisions avant la fin du premier semestre 2011.