Le collectif RASED écrit à Mme la Ministre

Le collectif RASED écrit à Madame Najat Vallaud Belkacem, Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Publication : Octobre 2014

Le collectif RASED écrit à Madame Najat Vallaud Belkacem, Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Madame la Ministre,

Le Collectif National RASED s’est organisé en 2008, pour défendre et promouvoir les RASED afin que les élèves en difficulté bénéficient des réponses indispensables que doit normalement apporter, sur tout le territoire, le service public d’éducation.

Nous avons beaucoup œuvré pour limiter les fermetures de postes sous la précédente mandature et, dès le changement de majorité en 2012, faire en sorte que le dossier des RASED soit rouvert comme le président de la république s’y était engagé.

Les RASED qui ont fait l’objet d’une circulaire parue au BO du 28 août 2014, s’inscrivent pleinement dans une démarche de lutte contre les inégalités scolaires. Par leur accompagnement spécifique des élèves, des parents et des enseignants, les professionnels spécialisés et les psychologues sont à même de prévenir, d’analyser et de remédier à la grande difficulté scolaire au sein même de l’École.

Cependant, l’affirmation ministérielle du rôle essentiel des RASED dans la lutte contre les inégalités scolaires n’est pas soutenue par une politique nationale qui en garantisse la réalité et les moyens sur l’ensemble du territoire.

Si certaines académies ou départements ont fait la preuve de mesures positives, en recréant des postes et en organisant des départs en formation, d’autres continuent à réduire des moyens déjà largement insuffisants. De plus, l’insuffisance notoire de départs en formation dans certains départements entraîne inexorablement un assèchement des personnels spécialisés de RASED qui compromet la prise en charge des élèves en difficulté au sein de l’Ecole. De même, il limite la capacité des trois acteurs du RASED à se réunir en équipe de synthèse, si essentielle au croisement des regards. Cela conduit malheureusement des familles à chercher des recours vers des structures privées pour remédier aux difficultés scolaires de leurs enfants et ce n’est pas admissible.

La volonté de repenser les missions des RASED ne peut avoir de sens qu’à la condition d’une politique volontariste attribuant les moyens nécessaires à l’exercice de ces missions. Surseoir une nouvelle fois à cette exigence accréditerait l’idée qu’au-delà des discours, la lutte contre les inégalités scolaires ne constitue pas une priorité ministérielle, suffisante pour que les RASED disposent des moyens qui leur permettraient d’y contribuer à la hauteur des besoins des élèves.

Aussi nous sommes dans l’attente, Madame la ministre, d’un signe fort permettant d’envisager des créations de postes et des départs en formation portés par un cadrage national comme s’y étaient engagés vos prédécesseurs.

Nous sollicitons également une rencontre afin de pouvoir échanger avec vous sur l’ensemble de ces points.

Dans l’attente de vos réponses et de notre prochaine rencontre, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, à l’expression de notre dévouement pour le Service Public d’Éducation.

Le Collectif National RASED