Accueil du siteParitarismeCarte ScolaireCartes Scolaires antérieuresCarte Scolaire 2014
CDEN de rentrée


Article visité 153 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : jeudi 27 novembre 2014

Ce CDEN de rentrée - qui s’est tenu fin novembre !- débute par les lectures des déclarations. Tout d’abord celle de la FSU, puis celles de FO, des DDEN, et de la CGT.
Toutes ciblent, de façon plus ou moins approfondie, la façon inacceptable dont s’opère la refonte de l’éducation prioritaire et le peu de moyens mis à disposition.

L’IA donne ensuite quelques informations sur le constat de rentrée dans les collèges. Qui voient le nombre d’élèves augmenter... mais des dotations horaires en baisse !

Education prioritaire :

Pour rebondir sur la nécessité de besoins, en particulier pour l’éducation prioritaire, le maire d’Aiguillon présente la situation des établissements ( écoles et collège) de sa commune, et de la nécessité de l’inclure dans la nouvelle carte d’éducation prioritaire. A l’image de nombreux secteurs dans notre département, déjà en REP/RRS ou pas,...
L’IA plaide pour une affectation de moyens pour les collèges, et espère une dotation plus équilibrée pour la rentrée 2015. Encore une fois, la seule perspective envisagée est la gestion de la pénurie !

Sont ensuite évoquées les mesures de carte scolaire dans le premier degré... La dotation de zéro pour notre département a entraîné de trop nombreuses fermetures, certaines décidées à la rentrée de septembre.

La FCPE s’interroge sur les moyens qui seront alloués dans les années à venir.
La FSU souligne la nécessité de prendre en compte les réels besoins sur le terrain, et de mettre les moyens en conséquence. Elle déplore que au final, ceux-ci ne sont jamais en nombre suffisants... L’IA répond qu’il aura à faire des choix, et qu’il les assumera... Présage d’une future carte scolaire une nouvelle fois tendue ? À plus forte raison parce que les conséquences de la nouvelle carte de l’éducation prioritaire se répercuteront bien au-delà des écoles actuellement concernées ou celles en passe de l’être !

Le DASEN donne un éclairage pour le moins important sur ce qui va se dessiner : les 3000 postes supplémentaires au niveau national concerneront pour la plupart les REP+, en particulier pour l’organisation pédagogique de ces réseaux. Dans l’Académie de Bordeaux, le nombre de REP + s’élève au nombre de...3 !
Là encore, les maigres miettes seront à se partager entre les autres établissements, qu’ils soient en Réseau ou pas ! Et subiront de plein fouet le manque de moyens...

Rythmes scolaires :

Le DASEN a ensuite informé des communes concernées par l’ « expérimentation » des nouveaux rythmes dans le cadre des aménagements rendus possibles par le « décret Hamon ». A savoir libérer une demi-journée complète pour les TAP. Sur les 20 demandes, 18 ont été acceptées. Les communes de Caumont et Ste Marthe n’ont pas été retenues en raison d’un manque de consensus entre la mairie et le Conseil d’école.

De plus, 30 demandes de dérogation pour un assouplissement des horaires avec TAP sur 1h30 deux fois par semaine ont été enregistrées. 2 communes ont une pause méridienne inférieure à 1h30 liée à des problèmes d’horaires de transport scolaire.

Reste que se pose la question de l’évaluation des « expérimentations » Quand et comment aura-t-elle lieu ? Et quand sera-t-elle présentée en CDEN ? L’IA répond que le bilan de la réforme se fera en deux étapes : en janvier dans le cadre « normal » et en fin d’année en ce qui concerne les expérimentations... Reste à savoir quelles seront les modalités... et quelle sera la prise en compte de l’avis des enseignants ?

Le résultat du vote sur cette question est de 6 contre et 11 abstentions, dont la FSU. Si nous restons très critique sur cette réforme des rythmes scolaires, aussi bien sur le fond que sur les formes d’organisation et les difficultés qu’elle provoque, nous ne pouvions nous opposer à des propositions d’ aménagements partagées par les collègues.

DDEN :

La représentante des DDEN informe ensuite du manque de DDEN dans notre département. En effet, 12 écoles n’ont pas de représentant, en particulier dans les circonscriptions de Marmande et de Sainte Livrade.

Fond d’amorçage pour les communes :

Vient pour finir la question du fond d’amorçage octroyé aux communes pour la mise en place des activités péri-scolaires. Ainsi que de la non gratuité de ces activités dans de trop nombreux cas, dont Agen ! Le maire de Cocumont, représentant du Conseil Général dans ce CDEN, indique que pour sa commune, le financement du péri-scolaire avec des activités de qualité et des intervenants formés nécessite un effort financier non négligeable (+ de 15000 euros par an). Et que le fond d’amorçage ne représente que 30 à 40% du financement nécessaire ! Pas besoin d’un dessin pour comprendre que cette réforme entraîne inévitablement des inégalités territoriales !

Le nouveau taux indiqué dans le BO est de 40 euros par enfant. Toutefois, il n’ y a actuellement aucune condition pour l’octroi de cette subvention. Et encore moins de certitude quant à son utilisation une fois versée ! Si certaines communes jouent la transparence, d’autres semblent beaucoup moins enclins à en faire de même ! Le secrétaire général de la DSDEN 47 allant même jusqu’à préciser qu’il n’ y a « aucune visibilité de l’utilisation du fond d’amorçage » ! Une évaluation est envisagée sur cette question, mais sur des communes « cibles » déterminées par le préfet. Là encore, les critères de choix des communes « cibles » ne sont pas présentés...

En ce qui concerne la gratuité des activités péri-scolaires, une enquête devrait être lancée. Quand ? Comment ? Aucune précision...

Occitan :

Pour finir, la FSU a demandé une information sur l’avancée de la réflexion de l’IA sur les cursus d’occitan dans les écoles. Un groupe de travail s’est tenu, et l’IA informe que l’ouverture d’un cursus dans le premier degré est envisagé... si les moyens le permettent !

Dialogue social ?

A noter pour anecdote que l’approbation du procès verbal de précédent CDEN de juin a été repoussé à une séance ultérieure. La FSU demandant de compléter une des ses interventions, l’IEN adjointe a remis en cause cette demande . Parole contre parole !
L’Administration semble avoir du mal à entendre, et encore plus à lire, des arguments remettant en cause ses incohérences de gestions passées ! Tentative d’omerta ? Espérons qu’il ne s’agisse pas là d’un fâcheux précédent !