Contradictions, Poudre aux yeux et Action ...
Publication : Mars 2015

Les résultats du premier tour des élections départementales confirment, si besoin en était, le désarroi des français face à l’incompréhensible politique économique du gouvernement, cette obsession de l’austérité qui ne fonctionne pourtant pas, cette rengaine incantatoire contre les services publics.

D’ailleurs, le passage en force de la loi Macron démontre bien le gouffre qui s’est creusé entre cette politique et ceux qui la subissent.

Les assises sur la laïcité imposées par le ministère, si elles peuvent permettre de réaffirmer certains principes, restent une opération de communication qui, comme d’autres pseudo-débats précédents, n’apporteront rien en terme de moyens nécessaires.

L’école se retrouve encore au cœur des contradictions avec les vieux poncifs qui ressortent : annualisation du temps de travail des enseignants, apologie du socle, renforcement de l’autorité des chefs, dissociation artificielle entre théorie et pratiques, pluridisciplinarité miraculeuse, …

Une nouvelle idée sortie des cartons du recteur ne présage rien de bon : le profilage de certains postes, sans aucune justification pédagogique.
Comment comprendre la nécessité de CV, de lettre de motivation, de passer un entretien devant une commission ad hoc qui « classerait » les enseignants selon des compétences, alors que l’accès à nombres de postes est déjà conditionné par la détention d’une habilitation ou d’une certification et que rien ne le justifie ?

Enseigner dans les écoles de l’académie de Bordeaux requiert certainement plus de compétences qu’en Seine Saint Denis par exemple où aucun poste d’adjoint, de direction, ni de maître supplémentaire n’est profilé ?

Le recteur ne se rend pas compte qu’il va démotiver les équipes et les personnels engagés depuis longtemps dans leurs missions.
À moins que ce soit réfléchi et que l’individualisation des parcours professionnels devienne la règle. L’action collective doit faire peur et il vaut mieux pour le gouvernement diviser pour mieux « régner ».
Pourtant nous n’avons jamais eu autant besoin de favoriser et de valoriser le travail en équipe. Cela passe nécessairement par un traitement équitable de tous les enseignants des écoles et une formation de haut niveau.

La situation économique et sociale de plus en plus dégradée a des répercussions importantes sur les familles de nos élèves.
Or, la réponse du gouvernement n’est pas d’octroyer les moyens pour y faire face mais seulement de les saupoudrer pour donner l’illusion qu’il fait quelque chose.

TOUS dans l’ACTION CONTRE L’AUSTÉRITÉ le 09 avril

D’après déclaration FSU au CTA

Loi Macron, loi Notr (nouvelle organisation territoriale de la République) , blocage des pensions, cadeaux aux entreprises sans contrepartie, dégradation des conditions de vie et de travail, c’est inacceptable : c’est pourquoi le SNUipp-FSU appelle les salariés du public à se retrouver dans l’action avec ceux du privé le 9 avril, avec la volonté de construite de vraies alternatives aux politiques économiques.