Accueil du siteParitarismeCarte ScolaireCartes Scolaires antérieuresCarte scolaire 2016
Carte scolaire : groupe de travail du 04/02/2016


Article visité 378 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : jeudi 4 février 2016

De façon inhabituelle dans le département, un groupe de travail s’est réuni en préparation du CTSD.
Nous avons rappelé qu’il ne saurait se substituer au CTSD et nous avons donc réservé nos appréciations sur la situation des écoles pour les débats qui se tiendront, dans le cadre officiel et réglementaire, le 09 février.

Nous avons commencé ce groupe de travail par la déclaration suivante :

« Depuis que nous avons reçu les premiers documents préparatoires au CTSD, nous y avons relevé un nombre conséquent d’erreurs.
Nous avons interrogé les services afin de les comprendre et de faire corriger celles qui étaient avérées.

La seule transmission des documents au format .pdf nous aurait fait perdre un temps considérable ce qui nous aurait certainement amenés à devoir ne pas siéger ni à ce groupe de travail, ni au CTSD par défaut de fiabilité dans les données fournies.

Nos travaux sur les fichiers tableur nous amènent à faire le constat que les services travaillent dans des conditions déplorables.
Les outils utilisés sont défaillants.
Nous ne parlons pas ici des compétences des secrétaires que nous ne remettons absolument pas en cause. Nous parlons bien du manque de moyens alloués pour effectuer les tâches qui leur incombent.

Nous demandons à ce que ces moyens soient repensés et abondés afin que ce type d’opération puisse s’effectuer en toute clarté et en toute sérénité.

Nous remercions l’ensemble des personnels avec qui nous avons eu de nombreux contacts depuis plus d’une semaine pour les travaux de correction qui ont été apportés à ces documents préparatoires. »

L’IA-DASEN a dévoilé les grandes articulations de ce que seront ses mesures de carte scolaire cette année.

L’évolution des effectifs dans le département aurait, selon l’Administration, permis la fermeture de 9 postes. Les 16 qui sont créés seront donc exclusivement réservés à la montée en puissance des mesures prises dans le cadre de la « refondation de l’école » :

  • 3 postes pour l’augmentation des quotités de décharges (10 jours par an pour les écoles à 2 classes, 1/3 temps pour les écoles à 8 classes) ;
  • doublement des dispositifs « plus de maitre que de classes » (PDMQDC) soit 5 à 7 postes (selon notre estimation) ;
  • augmentation du nombre de dispositifs « accueil des moins de 3 ans » ;
  • un poste sera ouvert dans le cadre d’un projet financé par l’agence régionale de santé (ARS) pour l’ouverture d’une classe maternelle pour enfants autistes.

Concernant l’accueil des moins de trois ans, il semble que les familles visées par ce dispositif soient trop souvent réticentes à en faire bénéficier leurs enfants. Des moyens de remédier à cette situation sont à l’étude afin que ces dispositifs soient pleinement utilisés.

L’Administration ne considère plus le nombre d’élèves par classe que comme un paramètre parmi d’autres : en application de la politique d’« allocation progressive de moyens », elle prend également en compte les autres moyens scolaires (moins de 3 ans, PDMQDC) ou périscolaires (accompagnement éducatif, plateforme de réussite éducative, etc.) pour évaluer globalement la dotation des écoles. Ainsi se justifierait le fait que dans certaines écoles en REP les effectifs puissent être plus élevés qu’ailleurs car elles bénéficient de ces autres moyens scolaires et périscolaires !

L’Administration oppose écoles urbaines dont les classes sont souvent très chargées et écoles rurales où les effectifs sont certes parfois moindres mais presque toujours avec 3 niveaux de classe ou plus. Une réflexion est en cours sur les regroupements d’écoles. On peut redouter de nouveaux reculs du service public en zone rurale.

Enfin, un éclairage est jeté sur les grandes priorités annuelles : la carte scolaire 2015 a permis l’amélioration des moyens de remplacement ; le cru 2016 est marqué par le déploiement des dispositifs particuliers (PDMQDC, moins de trois ans, etc.). À notre question sur les RASED, les propos du DASEN laissent penser que la porte est ouverte pour 2017. À nous de mettre le pied dedans pour qu’elle ne se referme pas !