Accueil du siteSNUipp 47Solidarité
Licenciée pour avoir traversé les voies : Victoire le 19 mai !


Article visité 179 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : vendredi 20 mai 2016

Licenciée : le cas Gueffar

 Victoire !

Communiqué :

Après 171 jours de lutte, nous avons gagné. Rajae a gagné.

Avant de rentrer dans les détails, nous tenons dans un premier temps, à remercier toutes celles et ceux, anonymes, militants politiques et syndicaux, qui depuis le début ont décidé d’apporter leur soutien à Madame Gueffar, que ce soit financièrement, en participant aux actions ou en signant la pétition.

Nous tenons également à remercier le comité de soutien, sans qui tout cela n’aurait sans doute pas été possible.

Nous tenons à remercier le journal Fakir, François Ruffin et Sylvain Laporte qui nous accompagnent depuis le début et qui ont permis de faire connaître cette affaire au delà des frontières du Lot et Garonne.

Nous tenons aussi à remercier le syndicat CGT-Cheminots qui, au moment où d’autres se dérobaient, nous a mis son local et sa logistique à disposition.

Lire la suite : https://www.change.org/p/onet-licen...

 Reportage de la revue Fakir [1]

Par François Ruffin, de passage à Agen pour la projection de son film : « Merci Patron » [2]

« Ca fait plus de quatorze ans que je travaille à la gare d’Agen, je fais le nettoyage des trains.
J’ai toujours fait bien mon travail, j’ai toujours été présente, je m’absente jamais. J’ai toujours fait mon travail comme il faut, même quand le contrôle il passe, ils sont tout le temps contents de mon travail.
Et un après-midi, j’ai traversé les voies pour gagner du temps, et, après, je me suis rendue compte que j’ai fait une erreur. Cette après-midi là, il y avait beaucoup de trains à faire et je voulais faire tous mes trains.
Et c’est après que je me suis rendue compte que j’avais fait une erreur. J’ai traversé pour gagner du temps. J’ai reçu une lettre recommandée, c’était le 7 décembre, j’ai fait un entretien avec M. Loubet, le patron de l’entreprise, et il m’a dit qu’il va réfléchir et le 17 décembre j’ai reçu un licenciement.
J’étais choquée, j’étais pas bien du tout, j’ai rien compris, j’étais perdue. Alors je suis rentrée chez moi en pleurant. »

Lire la suite :
http://www.fakirpresse.info/licenci...

 Madame Gueffar Raje a reçu sa notification de « licenciement pour faute grave » le 17 décembre 2015.

Cette salariée (depuis 15 ans) de la société ONET, société de sous-traitance utilisée par la SNCF pour le nettoyage des rames, se voit reprocher le non respect des règles de sécurité.
Selon la direction de l’entreprise de nettoyage, Madame Gueffar Raje aurait traversé les voies de chemin de fer en gare d’Agen par l’intermédiaire d’un passage planchéie et non en utilisant le souterrain.

Pour autant cela mérite-t-il un licenciement ?

Cette salariée qui exerce depuis 15 ans cette activité, sans qu’aucune faute ne lui ait jamais été reprochée, subit aujourd’hui la politique managériale d’une entreprise de sous-traitance qui utilise les salariés comme véritable variable d’ajustement.
Car derrière ce licenciement pour non respect de règles de sécurité, la direction d’ONET évoquant même l’idée de protéger la salariée par ce licenciement, se cache en réalité un autre motif.
Toujours en recherche de rentabilité maximum, la société de nettoyage pourra alors embaucher une personne effectuant le même travail pour un salaire bien inférieur. Car ici c’est bien de cela qu’il s’agit.

Sur ce dossier, le silence de la SNCF doit aussi être dénoncé. « Nous ne souhaitons pas nous ingérer dans les affaires de la société ONET » voilà en quels termes la direction régionale de la SNCF a répondu à la CGT. Peu surprenant.

Un comité de soutien s’est constitué le 25 février, la FSU 47 en est partie prenante.
Devant la gravité de la situation, ce comité appelle à amplifier la mobilisation afin d’obtenir sa réintégration.

La première urgence étant de permettre à Madame Gueffar de pouvoir vivre dignement, elle est sans aucun revenu depuis son licenciement, nous appelons à organiser une collecte citoyenne pour mettre en place une solidarité financière.
Les dons sont à adresser à l’ordre du syndicat CGT-Cheminots du 47 (29 quai Calabet 47000 AGEN) qui les transmettra ensuite à Madame Gueffar.

 Pétition à signer en ligne :

https://www.change.org/p/onet-licen...

[1] http://www.fakirpresse.info/

[2] Merci Patron
Bande annonce :