Accueil du sitePratiqueRessourcesPublications Thématiques du SNUipp
Infos Retraité·es


Article visité 717 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : lundi 23 décembre 2019

Ça craque !
« Le niveau de vie des retraités ne doit pas être dégradé, il doit être le même et continuer à progresser » déclarait le président de la République à Rodez le 3 octobre.
Pourtant, toutes les décisions prises vont à rebours du discours qui se voulait rassurant. Le recul du pouvoir d’achat des retraité·es, la baisse de leur niveau de vie se poursuivent, même si le gouvernement n’ose pas le gel complet des retraites l’année des élections municipales.

L’affaiblissement de la Sécurité Sociale est organisé. Nombre de retraité·es (et d’autres) souffrent de la crise sanitaire qui va s’étendre si les puissants mouvements des personnels de santé soutenus par l’opinion ne sont pas entendus.
Les services publics sont toujours dans le viseur avec les premières applications de la loi Fonction Publique votée cet été.
Mais l’inquiétude grandit dans les rangs de la majorité. Flottement emblématique : le gouvernement peine de plus en plus à convaincre du bien-fondé de sa contre-réforme des retraites à points.

Plus d’équité ? Le slogan est si peu crédible qu’il annonce une réflexion sur des mesures pour les cheminot·es, la RATP, les policier·es, les personnels de santé, les enseignant·es…
Des progrès pour toutes et tous ? Confronté aux résistances qui s’élargissent, il a évoqué la « clause du grand-père », avec une application des mesures aux seules personnes qui entreront dans le monde du travail en 2025.
L’obsession ? Bloquer la part de PIB consacrée aux retraites malgré l’augmentation du nombre de retraité·es. Il a même demandé au COR de revoir sa copie du mois de juin dernier afin de pouvoir justifier une nouvelle régression avant 2025. Ce n’est pas une réussite.

Si les libéraux sont à la peine, c’est que passent par là les mouvements sociaux dont font pleinement partie les personnes à la retraite. Les initiatives du « groupe des neuf » pèsent. Comme les mobilisations en cours autour du 5 décembre, elles montrent que la justice sociale pousse à améliorer le système et pas à le démolir !
Aux côtés des organisations de salarié·es et de jeunesse, nous continuerons de nous faire entendre.

Lire en ligne : https://www.snuipp.fr/system/resour...