Accueil du siteParitarismeMouvement départementalMouvement départemental 2017CAPD du 07 septembre 2017
Un p’tit air de musique


Article visité 210 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : jeudi 7 septembre 2017

 La déclaration du SNUipp-FSU 47 pour ouvrir la CAPD de rentrée :

Rentrée en chanson, rentrée en fanfare… Si nous n’en sommes pas encore à la sonnerie aux morts, il nous semble que le tocsin est lui de mise.

Les sirènes médiatiques enchantent nos ministres successifs et nous craignons qu’ils n’aient pas la sagesse d’Ulysse et que notre galère ne finisse par s’échouer.
Ces mélopées éloignent plutôt les étudiants de notre métier. Les changements de cap liés aux alternances politiques sont maintenant soulignés par les médias eux-mêmes et le grand public a conscience que les enseignants sont maltraités par des chefs d’orchestre qui abusent de la baguette.
Plutôt que de jouer la sérénade pour exister médiatiquement, ils feraient mieux d’écouter les enseignants pour éviter que les problèmes ne s’enkystent, gonflent et s’aggravent.

Nos conditions de travail se dégradent : les directeurs ne bénéficieront plus d’aide administrative alors que les demandes de la hiérarchie ont connu ces dernières années une augmentation considérable. Le nombre d’élèves désorientés, à besoin éducatif particulier, en inclusion, ou simplement en difficulté croît lui aussi sans que des moyens appropriés ne permettent aux enseignants de faire face à ces situations.

La formation, qui pourrait contribuer à nous doter des bons instruments pour trouver la note juste, se résume le plus souvent à quelques airs de pipeau quand une symphonie complète serait nécessaire.
Cela est vrai pour la formation initiale dont l’absurde cacophonie fait souffrir nos jeunes collègues sans les préparer suffisamment à notre métier ; cela est vrai pour la formation continue où règne plutôt le silence des steppes tant les moyens qui devraient lui être accordés ont disparu.

On nous chante sur la scène les louanges de l’autonomie des établissements, de la liberté pédagogique mais en coulisse ce ne sont que conseils pressants, recadrages et injonctions.
Il est vrai que l’on veut nous faire jouer du Mozart avec des bouts de ficelles, des pots de yaourts et des bouteilles vides. L’éducation a besoin de moyens et notre Administration est souvent prompte à défendre les restrictions dont les enseignants et les élèves sont victimes, que la cause s’en trouve au gouvernement ou dans les collectivités territoriales.

PDF - 48.6 ko
Déclaration préalable du SNU47 - CAPD du 07/09/2017

Nos salaires enfin font rougir depuis longtemps les comparaisons internationales. Les quelques avancées obtenues lors des accords PPCR sont maintenant remises en question au mépris même de la continuité de l’État.
Les signaux envoyés à la fonction publique sont déjà déplorables — suppression de 120 000 emplois et retour de la journée de carence — mais le fait de ne pas honorer les engagements pris est proprement scandaleux.

Enfin, la « transformation » du droit du travail en droit du renard dans le poulailler, nous fait craindre que la situation ne cesse d’empirer.
Les mesures annoncées rompent le pacte social et si vous nous trouvez chantant, soyez certains que ce sera dans la rue, dès le 12 septembre prochain, pour changer de partition et faire entendre de nouveau la musique du progrès social.


 La chanson de rentrée du SNUipp :