Accueil du siteESPE et Début de Carrière
l’ESPE d’Agen : comment ça marche ?


Article visité 479 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : vendredi 12 janvier 2018

Pour comprendre la situation des fonctionnaires stagiaires de Lot-et-Garonne, il faut comprendre les spécificités de l’ESPE, et plus particulièrement celles du site d’Agen.

Naissance de l’ESPE : quand l’éducation nationale délègue la formation…

Après la suppression des IUFM, un nouvel établissement de formation voit le jour en 2013 (par la loi de refondation de l’école) : l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation. Ses missions sont « la formation aux métiers de l’enseignement et de l’éducation et le développement de la recherche en éducation.
Grâce à un travail mené en collaboration avec les universités et les services académiques, les ESPE délivrent une formation professionnelle ancrée dans la réalité du terrain et appuyée sur la recherche. »

La situation actuelle est donc la suivante : l’ESPE d’Agen est rattachée à l’ESPE d’Aquitaine qui est rattachée (une composante) à l’université de Bordeaux.
La maquette de formation « Master MEEF » est construite, selon les critères fixés par le rectorat, « conjointement avec toutes les parties de tous les sites de l’académie » (Comprendre : « décidé par Bordeaux et aux petits sites de trouver les moyens pour la mettre en place. »).

Le recrutement et la formation à l’ESPE

Le mode de recrutement entraîne le recrutement de 3 types de fonctionnaires stagiaires :

  • les fonctionnaires stagiaires qui ont validé la première année de leur master MEEF sont inscrits à la rentrée en M2 avec pour objectif de le valider sous peine de se voir renouvelés. Pour cette raison, le mémoire fait office d’épouvantail.
  • les fonctionnaires stagiaires qui ont déjà un master MEEF sont inscrits en DU (diplôme universitaire) complémentaire, dont les cours ont lieu une journée par mois à Bordeaux (la route Agen-Bordeaux est agréable le jeudi),
  • les fonctionnaires stagiaires titulaires d’un autre master sont inscrits en DU adapté… enfin, pas si adapté que cela puisque, mis à part le mémoire qui se transforme en un rapport de pratique de 15 pages, ils doivent rendre la même chose que les M2 MEEF. Précision importante, ils ne sont pas obligés de le valider…
    Pourtant, depuis deux ans, on pousse fortement les stagiaires en DU adapté à s’inscrire en M2. Quelle peut être la volonté de l’institution à part justifier la suppression du DU adapté au profit de l’uniformisation des parcours (tous en M2 MEEF) ?

L’« organisation » en vagues

Les fonctionnaires stagiaires sont des êtres hybrides : fonctionnaires stagiaires sur deux semaines en responsabilité de classe, puis étudiants deux autres semaines… Non, bien entendu. Pourtant, ce n’est pas acquis pour tout le monde, notamment pour l’ancien responsable de site (NDLR : l’épisode des cours durant les vacances 2016 – Singuliers-Pluriel n°98).

Les fonctionnaires stagiaires travaillent à mi-temps et sont répartis par vagues. Ils travaillent en binôme sur leur classe. Pour ceux qui ont classe le mercredi matin, ils se retrouvent à deux dans la classe. Quand ils ne sont pas en classe, ils sont en formation à l’ESPE.
Il faut savoir que cela n’a pas été toujours une alternance deux semaines, deux semaines.
Lors de l’année 2015-2016, l’alternance se faisait de la manière suivante : lundi, mardi pour l’un ; jeudi, vendredi pour le second et un mercredi sur deux en classe. Les fonctionnaires stagiaires avaient alors été sondés par l’ESPE d’Aquitaine et cette possibilité avait été choisie par une minorité de fonctionnaires stagiaires (mais finalement imposée par l’administration).

Bilan

L’ESPE d’Agen a très peu de marges de manœuvre pour fonctionner. Les inscriptions se font sur une plateforme numérique selon la décision de Bordeaux, et les petits sites doivent rattraper les erreurs.
La responsable de site gère la mise en place des emplois du temps mais le taux horaire à respecter est fixé par la maquette construite à Bordeaux. Les professeurs de l’ESPE sont libres de la progression de leur cours mais les modalités d’évaluation sont fixées par Bordeaux (pour certaines matières conjointement entre les différents sites, cependant la maquette impose certains types d’évaluations absurdes).

L’ancien site de formation coûtant trop cher, la décision du déménagement a été prise à Bordeaux. Aux différents responsables de site et personnels de le mettre en place. Le cadre étant planté, vous voilà armé·es pour comprendre l’accueil et la situation des fonctionnaires stagiaires à l’ESPE d’Agen.

Août, septembre, octobre : déménagement, travaux, Des–ESPE-rance…

À la fin de l’année scolaire précédente, nous avions alerté lors du dernier conseil de formation sur de possibles dysfonctionnements qui s’annonçaient pour cette rentrée : déménagement du site, changement de responsable de site, et inscriptions via internet.
Nous avions proposé au précédent responsable de faire passer une feuille d’émargement aux fonctionnaires stagiaires présents où ils pourraient donner leur mail personnel.
Pourquoi ? Car lors de la rentrée 2016-2017, les inscriptions par internet n’avaient pas fonctionné rendant l’usage de l’application Hyperplanning (emploi du temps en ligne) à partir de septembre impossible. Les fonctionnaires stagiaires avaient dû se débrouiller pour se faire passer les emplois du temps…

Cette année, une fois encore, les inscriptions n’ont pas fonctionné. Cependant, les rendez-vous auprès de l’administration ont été anticipés. Certains fonctionnaires ont fini de s’inscrire fin septembre et non fin octobre. Et pourtant, quand ça veut pas… ça veut pas.
Mi-septembre, la décision de réunir fonctionnaires stagiaires et étudiants dans un même groupe a rendu l’Hyperplanning inutilisable. Les usagers se retrouvent dans la même situation que l’année précédente, avec en bonus, le bruit des travaux et en cadeau collector, l’absence de service de restauration et de CRD (centre de recherche et de documentation) dont le déménagement est en cours d’organisation !

Quand nous avons repris le chemin de la formation, les TBI n’étaient pas encore installés, les cartons de déménagement restaient entreposés dans les salles… et les travaux pour le nouveau CRD continuaient.

Cette image de l’ESPE, les IEN et les PEMF ont pu la vivre lors des journées d’accueil : tout était en branle et surtout, les locaux n’étaient pas prêts à recevoir du monde. Ce qui se sait moins, c’est que la situation s’est prolongée jusqu’aux vacances d’octobre.

Maintenant que c’est fini, nous pouvons en rire. Quoique… Pourquoi, alors que ce déménagement est en projet depuis plus de deux ans, ces soucis n’ont-ils pas été anticipés ? Cela donne l’impression d’un projet non réfléchi où il fallait faire pour faire. _ Et au milieu, il y a des fonctionnaires stagiaires, des étudiants, des enseignants, du personnel de l’ESPE qui doivent travailler dans ces conditions. Rien de bien humain, vous l’aurez compris.

Nous pourrions évoquer tous les maux que, par l’intermédiaire de la formation, les fonctionnaires stagiaires vivent.
Nous pourrions rappeler comme les années précédentes que les emplois du temps peuvent changer du jour au lendemain, voir le jour même, avec pour conséquences des plannings familiaux compliqués, une communication fautive, des absences non justifiées.
Nous pourrions évoquer le manque de communication, les erreurs dans les mails, dans les listes de diffusion. Nous pourrions évoquer les cours de tronc commun avec de la Formation à Distance (FAD) qui empiète sur le temps personnel des fonctionnaires stagiaires.
Nous pourrions parler de la gestion des salles, de la « pagaille » qui ajoute du stress à des fonctionnaires qui rament.
Mais nous aurions peur d’omettre des choses…

Par contre, nous n’oublions pas qu’ils entrent dans le métier et que de fait, cette situation est très déstabilisante pour eux.

Novembre-décembre : conseil de formation… vers une amélioration ?

Tous ces sujets ont été abordés lors du conseil de formation et défendus par les membres du SNUIPP-FSU47.
La responsable de site s’est voulue rassurante, jugeant que la désorganisation ressentie et vécue par les étudiants et fonctionnaires stagiaires était principalement due à sa découverte de l’ESPE d’Agen (la nouvelle responsable a été nommée au mois de juillet dernier) et aux travaux.

Nous ne sommes pas aussi optimistes. Depuis plusieurs années, les fonctionnaires stagiaires évoquent leur sentiment d’être en « autoformation ». C’est donc plus le fond qui pose problème que la forme. C’est d’ailleurs ce que la désorganisation générale masque. Il est possible que, d’ici la fin de l’année, la situation se stabilise à l’ESPE d’Agen, notamment parce que la responsable se place dorénavant dans une posture d’ouverture et de dialogue.

Les fonctionnaires stagiaires entrent dans le métier. Ils s’y investissent entièrement. Cependant, sont-ils formés à sa réalité ? Dans nos classes, rares sont celles où aucun élève n’a de besoins particuliers. Dans la formation, cette réalité se traduit par 4h de formation ASH. L’EPS est l’une des disciplines les plus complexes à maîtriser au niveau didactique. Dans la formation, cela se traduit par 14h sur l’année…
La formation est-elle une histoire de temps ?
Comment se construit une formation professionnalisante ?
Quels types d’enseignants désirons-nous former ?
Quelle école voulons-nous construire pour l’avenir ?

Ce sont ces questions que posent la formation et l’accompagnement des fonctionnaires stagiaires, et auxquelles il est urgent de trouver des réponses.

Guillaume Arruat