Accueil du siteParitarismeLa Hors Classe
Intégration dans la Hors Classe 2018


Article visité 1886 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : jeudi 19 juillet 2018

Le 19 juillet, l’administration communique enfin le ratio des promu·es : 13,20 % des promouvables.
Concrètement, la collègue qui avait été placée en liste complémentaire par la CAPD le 28 juin intègre donc la hors classe.
Les tableaux ci-dessous sont actualisés.


 63 collègues promu·es au grade de la hors classe

En CAPD, nous avons demandé :

  • à ce que les collègues ayant une ancienneté élevée soient intégré·es dans la hors classe avant leur départ à la retraite : leur avis devra être porté à « Excellent ».
  • que pour les ex-aequo, ce soit l’AGS qui départage. Nous parlons de l’AGS « totale », pas seulement celle du corps des PE.
  • des « explications » pour les refus d’intégration.

L’IA n’a pas bougé ses avis d’un iota :

  • Aucun·e promu·e depuis le 9e échelon.
  • 4 collègues se voient notifier un refus d’intégration dans la hors classe.
  • 20 collègues ayant 30 ans ou plus d’AGS ne sont pas promu·es. Alors que pour certain·es, la date de départ à la retraite approche...
    Il est vrai que l’IA ne tient compte que de l’ancienneté dans le corps des professeurs d’école : celles et ceux qui ont commencé dans le corps des instituteurs voient donc une partie de leur carrière « effacée »...

La proportion femmes/hommes des promu·es reprend celle de la profession :

  • 79% de femmes promues
  • 21% d’hommes promus

Les postes occupés par les promu·es sont, pour 60%, des enseignant·es « ordinaires ». Cela est dû au fait que la fonction exercée n’est plus un critère de bonification.

La liste des collègues intégré·es dans la hors classe, s’établit donc ainsi :

NOM Prénom   NOM Prénom   NOM Prénom
AJAGAMELLE NATHALIE   GLEYE JEAN-CHRISTOPHE   PAULET ISABELLE
ANDRIEUX VINCENT   GOUGET CHRISTINE   PINAUD BERNADETTE
ARAMBURU PATRICIA   HERNANDEZ JEAN MICHEL   RECHOU MAUD
AZZOUG NADIA   IRATCHET NICOLE   RENAULT EVELYNE
BABOULENNE DESCOMPS CLAIRE   LECLERC BERTRAND   RICOT SOPHIE
BARJOU SUIRE SANDRINE   LEMAITRE VERONIQUE   RISI GUYLENE
BROUILLET CAROLINE   LEVEILLE CATHERINE   RISI-FOURCADE SYLVIE
BROUILLET CHRISTINE   MALET YVES   RONGIERAS GHISLAINE
BRUNELLIERE SYLVIE   MALGARINI CHRISTINE   ROUBY TRIPODI DIANE
CAMPAN SANDRINE   MARQUET FREDERIC   SALMOIRAGHI SYLVIE
CAVERO PIERRE   MATTIOLO JEAN FRANCOIS   SAMANIEGO CATHERINE
CHANTSZA-BERNIES SANDRINE   MICHEL REGINE   SANDEZ TOURNUT FRANCISCA
CORNU CATHERINE   MIREMONT DAVID   SIMONCELLO CLAUDINE
COULONGES MAYLIS   MOISON VERONIQUE   TAZI CHIBI ABDOU
DABOS CHRISTOPHE   MONDIN NADIA   TEISSIER EVELYNE
DUBREUIL CATHERINE   MORALES NATHALIE   TEXEIRA MARTINE
DUMOULIN CATHERINE   MOULIGNE FABIENNE   THUILLIER SANDRINE
DUPIOL BEATRICE   NICOLET CATHERINE   TONON ANNICK
ELHIAUTOUT AT CORINNE   NOBLET JEAN-CHRISTOPHE   TRENTIN CECCHIN MICHELE
GAZEAU BALDI LAURENCE   ODEN NELLY   VAN DE ZANDE-LUCAS NATHALIE
GIRARD FREDERIC   PALLAVIDINO ANNE   VRECH MYRIAM

 Les statistiques

  Promouvables Promu·es
PE au 9e échelon
135
0
PE au 10e échelon
286
29
PE au 11e échelon
57
34
TOTAL 478 63
  • 63 promotions ; soit un ratio de 13,18% par rapport au nombre de promouvables.
    En 2017, le ratio était de 6% (sur un volume de 1095 promouvables)
  • 29 promotions depuis le 10e échelon ; soit 46,03% des promu·es.
    En 2017, 38% de promotions depuis le 10e échelon.
  • 34 promotions depuis le 11e échelon ; soit 54,84% des promu·es.
    En 2017, 62% de promotions depuis le 11e échelon.
En sachant qu’en 2017 le ratio national avait été fixé par le ministère à 5,5%, et que les recteurs l’adaptaient en fonction de la proportion de collègues au 11e échelon : ce qui explique le « surtaux » pour le Lot-et-Garonne.
Si le taux de 5,5% avait été appliqué réellement, ce ne sont que 61 collègues qui auraient été promu·es.
Autant dire que malgré l’augmentation du taux cette année, en valeur réelle c’est le même volume de collègues promu·es que l’an dernier.
À ce rythme là, il faudra plusieurs années pour parvenir à ce que la carrière des professeurs d’école puisse se dérouler sur au moins deux grades : classe normale et hors classe.
Mais il n’y a pas la baisse catastrophique annoncée encore récemment par certains...

 Les « avis » :

  • L’IA ne corrige que les avis de « très satisfaisant » à « Excellent » lui permettant de faire le tri.
  • Un seul collègue ayant un avis « Satisfaisant » est promu.
  Avis IEN –
Promouvables
Avis IA –
Promouvables
Appréciations
des promu·es
  A c. S TS A c. S TS Exc S TS Exc
PE au 9e échelon
4
59
71
4
59
46
25
0
0
0
PE au 10e échelon
6
110
169
6
110
88
81
0
0
29
PE au 11e échelon
2
19
34
2
19
15
19
1
14
19
TOTAL 12 188 274 12 188 149 125 1 14 48
A c. : A consolider ; S : Satisfaisant ; TS : Très satisfaisant ; Exc : Excellent

 Les barèmes :

  • Aucun barème supérieur à 200 : l’ancienneté maximale des collègues au 11e échelon est de 1 an.
  • Tou·tes les collègues ayant un barème compris entre 180 et 200 sont promu·es.
  • Certains barèmes à 170 pts ne sont pas retenus. La raison tient à l’équilibre femmes/hommes qu’il faut respecter : 80% de femmes et 20% d’hommes.
  • Barème promu le plus bas : 160.
Barèmes Promouvables Promu·es
200 9 9
190 10 10
180 6 6
170 39 35
160 38 3
150 50 0

 Ça coince du côté du calendrier, de l’avis des IEN et de la publication du « ratio ».

La note de service du 19 février 2018 stipulait que les CAPD devaient se tenir avant le 31 mai.
C’est la raison pour laquelle l’IA avait placé cette CAPD le 23 mai.

À quelques jours de cette date, aucun ratio d’intégration n’était connu, ni nationalement, ni académiquement, ni départementalement.
C’est la raison pour laquelle nous avions indiqué à l’IA que nous ne pourrions siéger dans une CAPD qui n’aurait pas de sens.
La même chose s’est passée dans tous les autres départements.

L’IA a alors décalé cette CAPD au 28 juin après-midi.
À trois semaines de cette date, le ministère n’a toujours pas fait connaître le ratio d’intégration dans la hors classe...

Du côté de l’avis des IEN, bon nombre de collègues sont surpris (sic !) par ce qui a été indiqué.

Les trois appréciations possibles des avis émis, « très satisfaisant », « satisfaisant » et « à consolider », sont lourdes de sens car elles renvoient à la reconnaissance de l’institution sur l’exercice du métier.
Cette diversité d’avis (basés sur des rapports d’inspection plus ou moins anciens comme sur une connaissance plus ou moins réelle des enseignants) engendre de profonds sentiments d’injustice pour de nombreux collègues. De surcroît ces avis ont un caractère pérenne (ce qui est aberrant !) et figent l’appréciation portée sur les enseignants.

Nous engageons les collègues qui contestent leur avis à faire un courrier à leur IEN et à nous en transmettre une copie.