Accueil du siteParitarisme
CDEN « de rentrée » du 19 novembre 2018


Article visité 182 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : lundi 19 novembre 2018

2 mois et demis après la rentrée scolaire, l’inspecteur d’académie présente son « constat de rentrée » à la communauté éducative.

Mme la Préfète est absente suite aux actions des gilets jaunes. Elle est représentée par Mme Hélène Girardot, Secrétaire Générale de la Préfecture. Le CDEN est lui-même déplacé de la préfecture vers la Dsden ce qui est inhabituel.

En amont de ce CDEN, la délégation FSU avait fait rectifier plusieurs erreurs dans les documents préparatoires fournis par l’IA.

 Déclaration liminaire de la FSU en pièce jointe.
PDF - 149.5 ko
Déclaration de la FSU lors du CDEN du 19/11/2018

Présentation générale par le DASEN marquée par une baisse attendue des effectifs d’élèves. En 2018, le premier degré compte 26 043 élèves (-399 élèves par rapport à 2017 soit une baisse de 1,5 %) qui vont amener des mesures de carte scolaire. En 2021 le premier degré comptera moins de 25 000 élèves.

 Carte scolaire 1er degré

La FSU a voté contre les mesures de carte scolaire actées lors du CTSD de septembre 2018.

Le plan Villani (mathématiques) a été présenté par le DASEN avec une création de 2,5 ETP (Equivalent Temps Plein) à repartir sur 4 circonscriptions. La FSU a déploré que ce financement se fasse par l’embauche de 3 contractuels, ce qui porte à 8 le nombre de postes de contractuels dans le département.

Le DASEN présente les dispositifs de moins de 3 ans. Il y a actuellement 17 dispositifs qui permettent de scolariser 30% des élèves en Éducation Prioritaire. La FSU rappelle que ce taux de scolarisation était celui de l’ensemble des élèves de moins de 3 ans (et pas seulement en Education Prioritaire), il y a une quinzaine d’années.
Nous regrettons que l’IA ait décidé de ne pas fournir aux membres du CDEN les documents nécessaires pour réfléchir au dispositif phare de la politique ministérielle : le dédoublement des CP-CE1.
Les documents fournis, en n’isolant pas les effectifs des classes dédoublés, laissent à penser que les moyennes par classe sont inférieures à la réalité (22,83 élèves par classe selon nos calculs au lieu de 22,30 pour l’IA).
Le nombre d’élèves concernés par les dispositifs « priorité au primaire » - 2 ans et classes dédoublées – s’élève à près de 750 élèves, soit moins de 3 % du total des élèves. La FSU a rappelé que cette politique largement financé par les fermetures de PDMQDC, qui concerne peu d’élèves, ne saurait justifier la baisse du nombre de postes du second degré.

Le DASEN indique qu’il va étendre le dispositif de 44 classes à l’heure actuelle à 55 classes à la rentrée 2019. En l’absence de documents clairs fournis par l’administration, le SNUipp-FSU47 a distribué aux membres du CDEN un document permettant de comprendre la situation des écoles avec des ULIS, des dispositifs « moins de 3 ans » ou « CP-CE1 dédoublés ».

 Collèges et EGPA

La moyenne est de 26,37 élèves par classe hors Éducation Prioritaire, et de 23,89 en REP. Notre demande concernant le plan de prévention de décrochage scolaire sur les EGPA est restée sans réponses.

 Handicap

Le DASEN présente les dispositifs ULIS du département qui accueilleraient 412 élèves :

  • 21 ULIS écoles (dont 1 ouverture en 2018)
  • 16 ULIS Collège (dont 1 ouverture en 2018)
  • 5 ULIS LP

Un poste supplémentaire d’Enseignant Référent ASH a été créé en 2018.

Concernant les AVS-AESH, les 958 élèves ayant une notification bénéficient de leur accompagnement. Nous relevons qu’un accompagnement n’est pas forcément synonyme de temps plein, étant donné le nombre important d’AVS « mutualisé·es », c’est à dire qui suivent plusieurs élèves.

A la question « combien y a-t-il d’élèves en liste d’attente IME-ITEP-ULIS ? », le DASEN répond qu’il y en a et qu’il reste un travail à faire avec l’Agence Régionale de Santé responsable de la coordination avec la MDPH.
Il reconnaît que certains élèves relevant de l’ASH ne sont pas orientés dans la bonne structure d’accueil.

 Rythmes et horaires scolaires à la rentrée 2018

Pour la rentrée 2019 :
Pour passer d’une semaine de 4,5 jours à 4 jours (ou inversement), la procédure et le calendrier sont les mêmes que l’an dernier : les demandes devront être finalisées pour mi-janvier.
Par contre, il n’y aura pas de communication particulière de la part de l’IA. Ce sont les IEN qui discuteront directement avec les équipes municipales concernées de leur circonscription.

 En bref

  • Plan bibliothèque : 33 écoles ont répondu à l’appel à projet- 1800 élèves sont concernés.
  • Présentation du projet école numérique : 47 écoles du département sont impliquées ; les dossiers de candidature doivent être transmis au ministère pour le 30 novembre.
  • Présentation de la scolarisation en UPE2A : 17 élèves sur le collège de Nérac ; 13 sur Sainte Livrade ; 17 sur Aiguillon ; 37 sur Chaumié ; 19 sur Dangla ; 5 sur Ducos (qui scolarisera en priorité les nouveaux arrivants).
  • Quelques chiffres à connaître autour du « Dispositif Devoirs faits » : 2700 HSE pour 24 collèges- 3750 HSE pour les collèges en EP -33161 euros de subventions pour les associations allouées à 10 collèges.
  • Résultat du DNB (Diplôme National du Brevet) pour le 47 : 82,7% de réussite.

 Et demain ?

Question de la FSU : « Qu’en est-il des fusions d’école dont le ministère parle ? »

Réponse du DASEN : Le DASEN indique que les effectifs dans le primaire vont fortement baisser dans les années à venir. Il considère qu’il est donc nécessaire d’établir un diagnostic concernant les fusions ou les mises en réseau à l’horizon de 2021-2023. Il réfléchit aussi aux rapprochements avec les collèges : Mézin, Duras, Casseneuil et Castelmoron sont déjà à l’étude. La question de la concentration des RPI se pose également car le modèle « une commune = une école » est voué à disparaître selon lui. Dans un premier temps, les acteurs des secteurs ciblés seront réunis selon un calendrier qui débutera après les opérations de carte scolaire en mars 2019.