Évaluations CP/CE1 : c’est toujours non !

Le SNUipp-FSU soutiendra toutes les actions décidées par les collègues contre ces évaluations standardisées : non passation, non remontées, sélection des items, aménagement des modalités et des temps de passation, dépôt des livrets devant les DSDEN...

Publication : 23 janvier 2020
Modification : 25 janvier


Après les évaluations de rentrée, une deuxième couche pour les CP fin janvier
La première séquence, fin septembre a démontré qu’il ne s’agit pas d’aider les élèves et leurs enseignants mais bien de servir la communication ministérielle.
Sans oublier l’objectif caché : le pilotage de l’école et des enseignant·es par l’évaluation.
En ayant conscience des effets collatéraux : bachotage, négligence de certaines disciplines au profit de celles dites fondamentales, caractère anxiogène.

A la veille de la passation des évaluations de mi-CP sort un rapport de l’inspection générale établi à partir de 43 écoles triées sur le volet par les DASEN.
Il en ressort néanmoins qu’un tiers de ces écoles ne sont pas convaincues par les évaluations. Ce rapport tente de répondre à nos principales critiques et émet des recommandations notamment en matière de pilotage.
Il s’agirait, par exemple, de repenser l’enseignement à l’aune de ces évaluations de la Petite Section au CE2.

Le SNUipp-FSU réaffirme son opposition aux évaluations nationales standardisées, dénonce les pressions exercées et s’adresse de manière unitaire au ministre pour porter la réalité du terrain.

Le SNUipp-FSU soutiendra toutes les actions décidées par les collègues contre ces évaluations standardisées : non passation, non remontées, sélection des items, aménagement des modalités et des temps de passation, dépôt des livrets devant les DSDEN...
Nous prenons acte que la profession s’est fort peu emparée de l’arme du boycott que nous continuons à proposer.
Majoritairement, les collègues préfèrent aménager les conditions de passation des « item », ce qui enlève par là-même tout sens à une analyse globale des résultats. Ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose...
Pour les non-saisies informatiques des résultats, l’IA a enlevé 1/30e pour « service non fait » sauf s’il s’agissait de difficultés techniques...

Quel que soit le positionnement adopté dans votre école, n’hésitez pas à nous le faire savoir !

 Courrier unitaire au ministre

Le 17 janvier, un appel unitaire (SNUipp-FSU ; SUD-Éducation ; CGT-Éduc’Action ; SGEN-CFDT ; CNT ; CEMEA ; FNAREN ; GFEN ; ICEM) au ministre a été rendu public.

Courrier unitaire - Janvier 2020

Les évaluations standardisées imposées en CP-CE1 dépossèdent les enseignant·e·s de leur métier et génèrent du stress aussi bien pour les Professeur·e·s des Écoles, qui ne sont donc plus concepteurs ou conceptrices mais exécutant·e·s, que pour les enfants qui pour nombre d’entre eux et elles dès la rentrée scolaire sont placé·e·s en situation d’échec.
De surcroît, les résultats sont analysés par des logiciels qui disent aux enseignant·e·s comment travailler avec leurs élèves, alors même que leur métier consiste à interpréter les productions de leurs élèves pour adapter leurs enseignements.
A la suite, des pseudo-formations sont imposées non pas pour renforcer la professionnalité enseignante mais pour réduire la réflexion à l’examen des résultats de ces tests. Ces formations, au prétexte de répondre aux manquements de nos enseignements, s’emparent de tout l’espace de formation.[...]
Lire la suite dans le fichier joint.

 Quelques éléments de fond :

Évaluations nationales : où nous conduisent-elles ?
Dossier SNUipp-FSU - Janvier 2019

 Vidéo descriptive des enjeux :

 Évaluations de janvier en CP : le ministère avait répondu au SNUipp-FSU en janvier 2019 :

Le ministère a répondu au SNUipp-FSU concernant ses interrogations sur les évaluations CP et CE1 : il met en avant une grande satisfaction des enseignants quant aux conditions de passation et de saisie et à la pertinence des évaluations. Il réaffirme que ces évaluations nationales permettent une analyse des professeurs, ne génèrent pas de stress pour les élèves (dixit les corps d’inspection), ont été rédigées par d’éminents scientifiques et avalisés par des enseignants de terrain...
Pour le ministre, la logique qui pilote ces évaluations est celle « d’une élévation générale du niveau et de la justice sociale » !
Mieux : ces évaluations seraient « l’aiguillon de la réflexion pédagogique, le levier des initiatives, et aussi le moyen d’un dialogue renforcé avec les familles ».

courrier du ministre en réponse au SNUipp-FSU

Pour le SNUipp-FSU47, c’est du pipeau : sur le terrain, on constate que chacun adapte les consignes en fonction de sa classe, que beaucoup d’élèves sont stressés, que le temps consacré à chaque exercice était insuffisant (comment cela est-il possible si les évaluations ont été testées par des collègues de terrain ?) et qu’un temps démesuré a été nécessaire pour saisir les résultats.
Surtout, comble de la malhonnêteté ministérielle, ces évaluations nationales ne sont en rien un vecteur de justice sociale pour les élèves, ou de réflexion pédagogique pour les équipes.
Et nous n’attendons pas des évaluations inadaptés et chronophages pour communiquer avec les familles !

Le SNUipp-FSU47 appelle les collègues à boycotter ces évaluations inutiles, fastidieuses pour les élèves et la professionnalité de l’enseignant !