Mouvement départemental : danger !

Le 13 mars, contre la casse du mouvement départemental :
RIS intersyndicale à 14h00.
Rassemblement unitaire à 15h30 à la DSDEN

Publication : 9 mars 2019
Modification : Mars 2019

Ce qui est prévu par l’administration pour le mouvement 2019

  • Une seule saisie des voeux : cette unique saisie sera interprétée par l’administration pour affecter manuellement les collègues - sans rien leur demander - n’obtenant rien à la phase informatisée.
  • Une procédure complexifiée qui oblige à saisir un « voeu large » pouvant concerner un quart du département.
  • Un barème entièrement remodelé : AGS et pts REP minorés.
  • Calendrier décalé : les résultats de la phase informatisée ne seront connus que le 6 juin, un mois plus tard que ce qui était prévu.
  • Un redécoupage des zones géographiques : le département passerait de 14 à 11 zones.
Un groupe de travail est réuni par l’administration le 15 mars.
En amont de cette réunion, une journée nationale d’action est organisée le 13 mars auprès des DSDEN.
Pour le Lot-et-Garonne :
  • RIS intersyndicale (SNUipp-FSU, SE-UNSA, SNUDi-FO) à Agen 14h00,
    Centre culturel, rue Paul Pons (à côté du stadium).
  • Rassemblement devant la DSDEN (rue Roland Goumy) à 15h30


Les organisations syndicales nationales, SNUipp-FSU, SNUDI-FO, UNSEN-CGT Éduc’Action, SE-UNSA, SUD-Éducation se sont adressées au ministre de l’Éducation nationale (voir lettre ci-jointe) pour obtenir la suspension de la mise en œuvre des nouvelles modalités d’affectation des personnels du premier degré.

Lettre unitaire au MEN

Elles demandent une audience auprès du ministre, afin de porter les revendications des personnels.
Pour rappel, les revendications mentionnées dans la première lettre intersyndicale :

  • le maintien de l’AGS comme élément essentiel du barème pour tous les postes,
  • la suppression des postes profilés au profit de postes à exigences particulières,
  • le maintien de la seconde phase du mouvement dans les départements où elle existait et son rétablissement dans les autres,
  • le maintien de l’affectation sur des postes précis et non sur des zones, et le respect du caractère non obligatoire des vœux géographiques,
  • l’affectation à titre provisoire des enseignants actuellement sans poste à titre définitif et qui n’obtiendraient aucun poste précisément demandé au mouvement,
  • l’examen des notes de service départementales du mouvement en CAPD,
  • l’augmentation du nombre de vœux.