Accueil du siteParitarismeMouvement départementalMouvement départemental 2019
Groupe de travail du 15 mars 2019 sur le projet de mouvement départemental


Article visité 176 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : dimanche 17 mars 2019

Fait rare en groupe de travail et compte-tenu du contexte particulièrement préoccupant, les organisations syndicales ont fait une déclaration commune, ce qui est extrêmement rare, pour dénoncer la philosophie globale du projet de note de service.
(la CFDT ne s’est associée qu’à une partie du texte n’appelant pas à la grève le 19/03)

PDF - 40.8 ko
Déclaration préalable des organisations syndicales le 15/03/2019

L’IA-DASEN n’était évidemment pas présent à cette réunion, il est vrai qu’il n’y avait pas grand-chose à discuter, nos revendications principales (deux phases de saisie, passage en CAPD, place prépondérante de l’AGS dans le barème, disparition des vœux larges et des affectations d’office hors souhait des enseignants de la troisième étape de traitement, suppression du profilage des postes non prévus par la circulaire nationale) étant incompatibles avec le souhait de l’administration de verrouiller le mouvement départemental.

Suite à la question des organisations syndicales, il a été dit que le but de ces changements était :

  • de sécuriser juridiquement les opérations de mouvement ;
  • de mieux respecter les priorités légales ;
  • d’affecter un maximum d’enseignants à titre définitif.

Nous ajoutons à cette liste la volonté très claire de supprimer des postes d’agents administratifs dans l’éducation nationale. La mise au pas de notre profession et l’autoritarisme de ce ministère transpire également des nouvelles modalités du mouvement départemental.

Dès le départ, l’Administration nous a indiqué que les postes de titulaires de circonscription ne seraient finalement pas créés, ce qui est une bonne chose, tant les contours de ces postes étaient flous. En contrepartie, de nouveaux postes de titulaire secteur écoles (TS) seront créés lors du prochain CTSD.

Nous n’avons pu discuter que du barème et de l’importance relative de ses différents éléments ainsi que de l’homogénéisation des différents découpages géographiques pour qu’ils soient cohérents avec les limites de circonscription et que le nombre de zones soit augmenté autant que possible.

Le résultat de ces prétendues négociations peut s’apprécier dans la note de service définissant les règles du mouvement départemental.