Accueil du siteSNUipp 47 Édito
La météo de l’été...


Article visité 107 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : jeudi 4 juillet 2019

À Paris, le thermomètre ayant largement dépassé les 30 degrés , il a été décidé, rue de Grenelle, de reporter les épreuves du diplôme national du brevet.
Cet épisode a déclenché un orage dans la communauté éducative qui n’a pas compris pourquoi un élève de 3 ans pouvait mieux résister à la chaleur qu’un collégien de 15 ans.

Localement, les mêmes perturbations ont pu être constatées. Dans le Lot-et-Garonne, les petits Agenais auraient été encouragés par M. l’inspecteur d’académie et des élus locaux, par voie de presse, à rester chez eux alors que les autres enfants du département n’ont pas bénéficié d’une telle vigilance (euh bienveillance).

Un livret (alerte) orange au courrier officiel des écoles aurait été accueilli comme un souffle d’air frais par les équipes enseignantes et les parents d’élèves.

La gestion brumeuse de ces phénomènes météorologiques risque de former un système dépressionnaire en septembre.
L’apparition de sessions de rattrapage à la carte suite aux vacances réservées dans la précipitation démontre un manque de fiabilité dans les prévisions.

Localement toujours, nous constatons des vents contraires dans la gestion des personnels à temps partiels.
Vent d’ouest, on empêche des collègues à temps partiel d’accéder à certains postes.
Vent d’est, on laisse des collègues à temps partiels sur des postes pour rendre service à l’administration.

Les prévisions pour la rentrée ne sont pas rassurantes : sortez vos parapluies, les injonctions pleuvent !
Des vents violents feront table rase des recherches pédagogiques et balaieront le professionnalisme des personnels.

Sur proposition du SNUipp-FSU entre autres, quelques rayons de soleil éclaireront le mois de septembre grâce à l’ajout dans la circulaire de rentrée de la compréhension en lecture et d’un chapitre sur le plaisir de vivre ensemble.

Enfin, alerte rouge sur tout le mouvement. Compte-tenu du travail de vérification effectué par les représentant·es des personnels, la loi de transformation de la Fonction publique visant à faire disparaître les CAPD risque de plonger les personnels administratifs dans un brouillard épais.
Le réchauffement climatique qui menace l’Éducation Nationale créera un désert de représentativité des personnels et engendrera la fin de l’équité de traitement entre les collègues.

Contre vents et marées, le SNUipp-FSU continuera à lutter contre cette catastrophe climatique annoncée.