Accueil du siteSNUipp 47 Édito
Après le ruissellement, l’infusion !


Article visité 39 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : vendredi 31 janvier 2020

Un mouvement social inédit. Huit semaines de lutte sans trêve, y compris dans notre département.

Toujours plus de 60 % de soutien dans l’opinion publique. 70 % des citoyen·nes qui ne veulent pas de cette contre-réforme. Un avis défavorable des plus sévères du Conseil d’État. Des député·es qui sautent du train … en marche.

Ce gouvernement persiste, invente un problème qui n’existe pas, veut imposer une solution dont on n’a pas besoin, avec un texte bâclé, mensonger, et, qui plus est, anticonstitutionnel. Un texte qui engage les générations futures et qui devrait être examiné par le Parlement fin février.

Il s’obstine. Seul. Avec mépris et autoritarisme. Envers le parlement, envers les manifestants, les syndicats, envers tout opposant. Seul contre la rue, contre les enseignants, les chercheurs, les étudiants. Seul contre les hospitaliers, les avocats, les cheminots, les dockers, les danseuses de l’opéra…. Seul contre les deux tiers des salarié-es. Et maintenant, contre le Conseil d’État.

Aujourd’hui on tente de nous vendre que la France va bien.

  • Le chômage diminuerait ! Mais les emplois créés permettent-ils de vivre dignement ?
  • Le pouvoir d’achat serait en augmentation ! Mais nous n’en sommes pas encore conscients !
  • Et l’école ? Elle irait très bien puisque 99,9 % des enseignant-es seraient satisfait-es de leur ministre.

« En même temps » : Les 41 milliardaires français recensés en 2019 sont trois fois plus nombreux et trois fois plus riches qu’en 2000.
Les versements aux actionnaires du CAC40 ont battu un nouveau record en 2019 : 60,2 milliards d’euros.
L’évasion fiscale en France se monte à près de 120 milliards d’euros.
La France compte désormais 9,8 millions de pauvres, les inégalités ont fortement augmenté et ont connu la plus forte progression depuis 2010.

A grand renforts médiatiques, on nous rabâche que les réformes engagées depuis 2017 commenceraient à porter leurs fruits … mais il faut attendre, attendre que « ça fasse effet » ….
Hier, le ruissellement était « garanti », aujourd’hui, , comme pour le thé, il faudrait laisser infuser…. Attendre et faire confiance … Ça commence à faire réchauffé !

Derrière son air amateur, ce gouvernement sait où il va et sait ce qu’il veut. Dans la continuité des politiques d’austérité déjà mises en œuvre (loi travail, assurance chômage, hôpital public, loi de transformation de la fonction publique, …) c’est aujourd’hui notre modèle de protection sociale, notre système de retraites, qui est remis en cause.
Les vautours de la finance rôdent déjà autour d’un gâteau de plus de 300 milliards d’euros, soit 13,8% de la richesse nationale alors que la moyenne européenne se situe à 12%.

Le mouvement social, commencé début décembre comme un sprint, tourne aujourd’hui au marathon, avec des formes nouvelles de mobilisations.
Les médecins démissionnent (administrativement) et jettent leurs blouses, les avocats jettent leurs robes, les fonctionnaires des finances publiques jettent leurs codes des impôts, les enseignants érigent des murs de manuels scolaires …. obsolètes pour cause de réforme des programmes tous les quatre matins, etc... Nous n’attendrons pas l’infusion.

Le SNUipp, avec la FSU, avec l’intersyndicale interprofessionnelle, appelle les actifs-actives et les retraité-es à poursuivre les mobilisations jusqu’à ce que ce gouvernement retire ce projet de loi et engage de véritables négociations pour une toute autre réforme.

Le secrétariat du SNUipp47 :
Guillaume Arruat, Delphine D’Ambrosio, Éric Delage, Philippe Guillem, Pascal Mundubeltz, Jean Claude Soret, Sandrine Tastayre, Séverine Tokatlian