Coronavirus : Premières réponses suite à une réunion au ministère

Le SNUipp-FSU a été reçu vendredi 28 février par le ministre et son cabinet avec l’ensemble des organisations syndicales à propos de l’épidémie de Coronavirus.
Le ministère a actionné une cellule de « crise » permettant un suivi quotidien du nombre de cas d’infection parmi les élèves (1 cas recensé à ce jour) et les personnels (1 cas également, le professeur de Creil, décédé depuis) comme des cas de confinement (environ 1000 personnels et 2000 élèves).

Publication : 29 février 2020

Le SNUipp-FSU a été reçu vendredi 28 février par le ministre et son cabinet avec l’ensemble des organisations syndicales à propos de l’épidémie de Coronavirus.
Le ministère a actionné une cellule de « crise » permettant un suivi quotidien du nombre de cas d’infection parmi les élèves (1 cas recensé à ce jour) et les personnels (1 cas également, le professeur de Creil, décédé depuis) comme des cas de confinement (environ 1000 personnels et 2000 élèves).
Par contre, c’est le ministère de la Santé en lien avec les services du premier ministre qui prend toutes les décisions globales sur les mesures à tenir pour contenir la propagation du virus, notamment l’établissement des « zones à risque ».

 Concernant les personnels

Le confinement durant 14 jours en cas de retour d’une « zone à risque » n’entraînera aucune incidence salariale, quel que soit le statut, fonctionnaire ou contractuel. Il suffit d’avertir à distance la hiérarchie et de fournir quelques éléments justifiant les déplacements ou un certificat médical si c’est son enfant de moins de 16 ans qui est dans ce cas de figure, par exemple au retour d’un voyage scolaire. La position administrative sera une autorisation exceptionnelle d’absence et non un congé maladie entraînant lui une journée de carence. Le justificatif de quarantaine notifié individuellement arrivera a postériori.

Par contre le ministère envisage de privilégier des solutions de télétravail lorsque c’est possible. Ce qui pour les enseignants de primaire est très irréaliste, et sans doute tout autant dans le secondaire.

 Concernant le suivi pédagogique

Le CNED a mis en place une solution d’école numérique à la maison, une plateforme qui contient actuellement 4 semaines de cours et de révision de la GS à la terminale. Dans le secondaire, le support est interactif à la suite d’une petite évaluation diagnostique de début de séance et comprend 3 à 4 heures d’activité par jour, 5 jours par semaine. Dans le primaire, le support se limite à un fascicule plutôt de lecture d’une durée d’une heure quotidienne. Le ministère entend les difficultés matérielles que pourraient rencontrer les élèves, notamment en primaire.

Par ailleurs, le ministère met en avant le dispositif de classe virtuelle pilotée par l’enseignant qui peut envoyer un lien vers cette classe à ses élèves, discuter avec eux via un chat, mettre en place une discussion via une visioconférence, interagir via une sorte de tableau numérique.

 Concernant les moyens matériels

Des affichettes à destination des familles sont prêtes pour être apposées dès lundi dans les écoles et établissements et seraient en cours d’acheminement.
Le ministère dit travailler avec les collectivités locales pour la mise à disposition de savon (le gel hydroalcoolique serait moins performant) et de serviettes en papier. Les masques seront destinés uniquement aux personnels de santé ou pour les personnes atteintes par le virus.

Le ministère va diffuser une foire aux questions qui sera accessible sur son site ainsi que deux circulaires, une sur la continuité pédagogique et une autre, moins immédiate, sur les mesures à prendre en cas de passage à un autre stade de propagation du virus.
Il est prêt à recevoir les représentants du personnel la semaine prochaine si la situation l’exige.