Reprise : le jeu dangereux du ministère

Prêt à tout pour afficher une ouverture généralisée des écoles, le ministère est en train de livrer les écoles aux municipalités, de négliger les consignes de sécurité et de passer en force au mépris des droits des personnels. Notre réponse collective :

Publication : 7 mai 2020

L’affichage à tout prix

Les témoignages affligeants des collègues d’écoles urbaines ou rurales ou d’établissements affluent et sont révélateurs de la stratégie dangereuse et inconsciente du ministère. Coûte que coûte, le gouvernement veut afficher une reprise dans les écoles. Peu importe le prix, peu importent les moyens employés. Que ce soit par des pressions téléphoniques, par des arrangements avec les municipalités faisant fi des avis des équipes, par des courriers remettant en question l’engagement des enseignants, par des contrôles saugrenus mandatés par la préfecture, les lignes du sens commun et la limite entre les prérogatives municipales et celles des écoles sont balayées, piétinées.
Le SNUipp-FSU47 bataille pied à pied dans toutes les instances et par tous les moyens disponibles pour faire entendre la parole des collègues.
Le SNUipp-FSU47 conseille les équipes et les collègues et met à disposition des outils.

Voici le communiqué de presse envoyé le 06/05/20 :

Plusieurs municipalités, tout comme le ministre de l’éducation, confondent actuellement
rêve et réalité. La reprise d’une présence à l’école dans la semaine du 11 mai ne peut être
conçue comme un caprice de roitelet.
La situation sanitaire doit primer. La concertation avec les équipes enseignantes doit être
un préalable à toute décision qui implique des prises de risques pour les administré·es,
pour les élèves, et pour les personnels.
Nous constatons que les demandes des équipes pédagogiques visant à différer d’un jour ou
deux la rentrée effective, ainsi que les propositions d’organisation pédagogique sont bien
souvent balayées d’un revers de main, sans discussion possible.
Alors même que ces demandes visent à s’assurer de la mise en place « réelle » des
mesures imposées par le protocole sanitaire, ces refus sont méprisants envers les
enseignant·es, et potentiellement dangereux pour les usagers de l’école.
Depuis que la réouverture des écoles a été décrétée, malgré l’avis du conseil scientifique,
le SNUipp-FSU 47 n’a pas cessé d’alerter les services de l’éducation nationale sur les
difficultés auxquelles il faudra faire face.
Le SNUipp-FSU47 a même contacté toutes les collectivités locales du département
impliquées dans la réouverture d’une école afin de porter à leur connaissance les points
délicats à gérer. Certaines municipalités ont pris leurs responsabilités et ont clairement
joué le jeu du dialogue, de la sécurité et du bien être des élèves. D’autres non.
En dernier ressort, le SNUipp-FSU 47 invite les collègues concerné·es par toute décision qui
irait à l’encontre du protocole sanitaire, ou tout simplement du « réalisable » de déposer
dès à présent leur intention de faire grève.


Attention certains IEN font pression, téléphoniquement bien sûr, pour nous demander de passer par-dessus certaines organisations que nous avons collectivement réfléchies. Exigez des écrits. Ne répondez pas par téléphone. Faites le tour de l’école lundi matin pour établir la liste des points défectueux de l’accueil des élèves. Voir sur notre site la procédure et les outils.
- Documents pratiques :préavis de grêve, formulaire d’intention de grêve
- Droit de retrait pour Danger Grave et Imminent

Ne restez pas isolé·es, discutez de tout ce qui semble bizarre, incohérent, anxiogène. Ne répondez pas en urgence. Demandez des écrits. Le ministère a besoin de nous pour faire fonctionner le système sans risques ; à lui de prouver que l’inverse est vrai.