Il faut cesser avec cette impréparation permanente de l’école

Communiqué du SNUipp-FSU diffusé le 29 octobre suite aux annonces concernant la gestion de la crise sanitaire.

Publication : 29 octobre 2020

Le maintien de l’ouverture des écoles,tant que la situation épidémique le permet, est nécessaire pour ne pas encore davantage accroître les inégalités scolaires, notamment pour les enfants des familles populaires, comme pour maintenir le rôle social de l’école. Le maintien de ce nécessaire lien scolaire nécessite cependant plusieurs conditions. Il ne faut pas mettre en danger ni les élèves, ni les personnels, ni la société au final.

Il est donc grand temps que le ministère active la première hypothèse du plan de continuité pédagogique avec l’accueil de demi-groupes d’élèves permettant ainsi distanciation physique et non brassage. L’autre partie des élèves pouvant être accueillis par des structures périscolaires avec une rotation des groupes permettant une scolarisation à mi-temps de tous les élèves.

Le ministère doit également fournir tous les équipements nécessaires à une bonne protection des personnels et des élèves (masques chirurgicaux, gel hydroalcoolique, nettoyage, sanitaires en nombre suffisants, moyens d’aération renforcés...), sans oublier le retour à une mise à l’abri des personnels vulnérables.
Le port du masque par les élèves en élémentaire ne pourrait remplacer la distanciation et le non brassage, il ne pourrait que simplement s’y ajouter.Pour préparer cette rentrée des vacances d’automne dans ce nouveau contexte, la rentrée des élèves doit être repoussée au mardi 3 novembre dans les conditions prévues pour rendre hommage à Samuel Paty.

Dans le cas où la circulation du virus nécessiterait une fermeture des écoles le ministère doit anticiper et fournir aux élèves et aux personnels les moyens matériels d’un maintien du lien scolaire à distance.

Le gouvernement n’a rien anticipé et n’a pas investi dans l’école en recrutant des personnels permettant une baisse des effectifs ou en aménageant les locaux (sanitaires et moyens d’aération notamment).
Le ministère n’a pas non plus donné de temps aux équipes pédagogiques pour anticiper et se préparer à toutes les hypothèses du plan de continuité pédagogique. Il a préféré alléger le protocole sanitaire et évoquer une “rentrée normale”...

Il faut cesser avec cette impréparation permanente que l’école, les élèves et les personnels subissent depuis mi-mars.