SNUipp-Infos : Rased, Psy, PEMF, ASH 1er et 2nd degré
mercredi 26 décembre 2018

Pour en savoir plus sur :

ASH 1er et 2nd degré,
psychologues de l’éducation nationale,
maîtres formateurs

Publications ciblées : dossiers thématiques.
Les liens ci-dessous pointent vers le site national du SNUipp.

Depuis l’arrivée de JM Blanquer au ministère de l’Éducation nationale, l’école et ses personnels sont malmenés.

Aux suppressions de postes d’enseignant.es et d’administratifs, s’ajoutent une politique de l’injonction qui remet en cause la professionnalité des enseignants.
De concepteurs pédagogiques, ils deviendraient de simples exécutants de programmes axés sur le lire-écrire-compter, très éloignés d’une école transformée pour la réussite de tous les élèves et porteuse de valeurs de solidarité.

L’ASH n’a pas épargnée ces dernières années : formation CAPPEI niant en partie les spécificités, menaces sur les postes d’enseignant.es en établissement, RASED qui n’ont pas été restaurés, internats d’EREA ayant perdu la dimension éducative…
Le SNUipp-FSU continue de s’opposer à la mise de côté des enseignants et des structures spécialisées qui, au contraire, participent d’une école qui scolarise tous les enfants en s’adaptant à leurs besoins.
C’était aussi le sens des appels à la grève des 9 octobre et 12 novembre derniers. C’est bien une autre vision de l’école que le SNUipp-FSU porte au quotidien.

Pour une psychologie ambitieuse !

Quand un acte violent percute l’école comme l’agression d’une professeure, ce sont des mesures sécuritaires que propose le ministre : créer des centres éducatifs fermés, faire appel à des policiers à la retraite.
Ce ne sont pas des mesures éducatives comme le seraient une augmentation des effectifs de personnels éducatifs et d’enseignement, le renforcement d’équipes pluri-professionnelles, la création de classes ou d’espaces relais.
Et puis très concrètement, quel sera le budget de l’ éducation nationale pour ses psychologues, en termes de postes et de recrutement ?
Aucune référence non plus de la part du ministre au travail des psychologues. Leur implication et leur engagement aux côtés des élèves, des familles et des équipes enseignantes sont reconnus ainsi que leur expérience, notamment lors des situations de crise relatées dans ce numéro.
Suite au changement de gouvernement en 2017, certains engagements liés à la création du corps des PsyEN n’ont pas été tenus. Tout en défendant des situations individuelles, le SNUipp, avec la FSU, demande la reprise de discussions sur la formation (initiale, passerelle et continue) et sur la structuration du corps.
Il défend l’autonomie professionnelle des psychologues, un fonctionnement en collectif de psychologues, sans hiérarchie intermédiaire, pour faciliter l’authenticité et l’horizontalité des échanges professionnels.
En résumé, un engagement du SNUipp-FSU et de ses élus pour une psychologie de proximité, ambitieuse, et au service du public !

Sur un air de moins disant éducatif

Le ministre continue à avancer seul, fort de ses partis pris.
Il utilise un arsenal de textes, voire même modifie la loi pour orienter les pratiques enseignantes et les apprentissages des élèves dans le sens qui correspond à son projet.
Si les ingrédients qu’il propose sont tous déjà connus, voire même éculés et n’ayant pas fait la preuve de leur efficacité, c’est l’articulation entre eux qui fait la différence. La généralisation des évaluations au CP et au CE1 marque de manière significative l’entrée dans une nouvelle ère, celle « de la culture de l’évaluation » visant à piloter l’école par les résultats.
Les évaluations, dont la forme et le contenu détermineront aussi bien les contenus d’apprentissage que les méthodes que le ministère veut privilégier, permettront de contourner la liberté pédagogique pourtant inscrite dans la loi. S’affranchissant des constats des évaluations internationales sur la difficulté de nos élèves en compréhension, et proposant une méthode qui déchiffre (avec un fort accent mis sur la syllabique) et seulement après, met du sens, cela n’aura d’autres résultats que de conforter les inégalités scolaires.
Au vu des résultats aux évaluations, les enseignants se verront ‘‘remis en ligne’’ pour adhérer à LA méthode officielle, installée à grand renfort de conférences pédagogiques. Et comme ci cela ne suffisait pas, un projet de réforme de la formation initiale, assez inquiétant, est envisagé.
Loin de l’Ecole de la réussite de tous, le ministre nous prépare celle du moins-disant éducatif…