Éducation nationale : grève le 12 novembre
vendredi 2 novembre 2018

Opération « le mur de la défiance ! »

Venez avec les livrets des évaluations CP/CE1 dans des cartons* de ramettes de papier, nous érigerons devant la Dsden le mur de la défiance !
* s’il y a d’autres choses dans ces cartons, pas de problème...
AG à 10h00 à l’Espé sur l’avenir de la formation.


Les mesures budgétaires annoncées pour l’Éducation nationale sont à la mesure du désinvestissement prévu pour l’ensemble de la Fonction publique.
Les organisations FSU, UNSA-Education, SGEN-CFDT, FNEC-FP-FO, CGT-Éduc’Action, SUD-Éducation, FNALC appellent les personnels de l’Éducation nationale à une journée de grève le 12 novembre.

opendocument text - 22.2 ko
Lettre aux parents grève du 12 novembre

Ne nous y trompons pas. L’affichage d’une pseudo priorité au primaire traduite par l’annonce d’une dotation de 2325 postes dans le premier degré est surtout médiatique.
La réalité est tout autre. Cette dotation est bien insuffisante pour couvrir les mesures de dédoublement des CP et CE1 en REP et REP+ ainsi que l’abaissement à trois ans de la scolarité obligatoire.
Le SNUipp-FSU a chiffré à 4000 le nombre de postes nécessaires pour terminer le dédoublement auxquels il faut ajouter 1000 postes de plus (selon le ministère) pour assurer la scolarisation devenue obligatoire dès trois ans.
Les grands perdants risquent une fois de plus de se trouver dans les écoles rurales ou dans les dispositifs Plus de maîtres que de classes. Une situation qui se traduit tous les jours concrètement par des mauvaises conditions d’enseignement et d’apprentissages des élèves, entassés à plus de 25, dans près de 104 000 classes et à plus de 30 dans 6 700 autres.

Avec 2 650 postes d’enseignant·es et 400 de personnels administratifs supprimés, c’est une nouvelle dégradation des conditions d’études des élèves et de travail des personnels qui est programmée.
Cela n’est pas compatible avec l’ambition d’un enseignement de qualité et d’une plus grande égalité de réussite, ni d’une bonne administration du système éducatif. 

Les organisations FSU, UNSA-Education, SGEN-CFDT dénoncent ces suppressions d’emplois dans un contexte d’augmentation démographique. La « priorité au primaire » ne peut pas se faire par un redéploiement de moyens.  Elles demandent au gouvernement de renoncer à ce projet.

PDF - 692.3 ko
FSU : les raisons de la grève
Par ailleurs, la rentrée 2018 est marquée par :
  • les évaluations CP/CE1 et les conditions invraisemblables de leur passation et de la « saisie ».
  • le report de la réflexion sur l’éducation prioritaire
  • les menaces sur la formation initiale, et la disparition des Espé
  • les menaces sur les règles du mouvement départemental.

Toutes et tous en grève le 12 novembre !

Manifestation en direction de la DSDEN : départ à 14 h 00, place Armand Fallières (préfecture), à Agen.

Une action autour de la réforme de la formation des enseignants et enseignantes aura également lieu à l’ESPE d’Agen à 10h. Venez nombreuses et nombreux vous exprimer sur votre métier, vos attentes.