Audience avec l’Inspecteur d’Académie (2/2)

Compte-rendu de notre deuxième rencontre avec l’IA

Publication : Décembre 2020

Mercredi 02 décembre, nous avons de nouveau rencontré l’IA-DASEN afin de terminer de lui exposer nos questions.
Au cours de notre précédente rencontre, nous n’avions pas eu le temps de parler des points suivants :

SEGPA :

La situation des SEGPA dans le département avait été évoquée en octobre dernier par les représentants de la FSU.
Nous avons expliqué à l’IA-DASEN que le nombre de places en SEGPA était très nettement insuffisant pour répondre aux besoins et que cette situation est de plus en plus difficile, voire tendue, année après année. L’effet du « glissement » d’orientation d’élèves faute de places en établissements spécialisés (là aussi cruellement insuffisantes) rend encore plus difficile la scolarisation des élèves relevant de SEGPA.
À cela, il faut ajouter les efforts et l’énergie déployée par les enseignants en primaire pour convaincre les parents du bien fondé d’une orientation… pour qu’au final celle-ci ne puisse être concrétisée faute de places d’accueil suffisantes !
L’Inspecteur d’Académie s’est montré attentif à nos arguments et s’est engagé à s’emparer de cette question, en associant les acteurs de terrain à sa réflexion.
Nous verrons si améliorations auront lieu sur ce sujet, qui avait jusque-là été pour le moins négligé (parfois volontairement) par les précédents cadres décisionnaires départementaux !

Recrutement de contractuel·les :

22 à recruter jusqu’en février 2021. Pour l’instant aucun recrutement n’a commencé. La fiche de poste a été rectifiée et simplifiée car, selon l’IA, elle correspondait à ce qui est demandé aux PE passant le concours. Nous avons rappelé notre farouche opposition à ces recrutements précaires.

AESH :

Une présentation de l’emploi des AESH est prévue au CDEN du 10 décembre 2020. Le recrutement des AESH référent·es est en cours.
L’IA nous a informé qu’un arrêté récent du conseil d’État devrait permettre d’aller vers des emplois à temps plein avec une obligation pour les collectivités locales de prendre en charge le financement des accompagnements d’AESH sur le temps périscolaire, dans le cadre d’une organisation décidée par l’Éducation Nationale.
Cette possibilité apparaît très importante dans l’évolution du poste d’AESH et correspond à une revendication portée par le SNUipp-FSU à chaque CTSD et CDEN depuis la création de ces postes.

Formation :

Nous avons demandé la tenue d’un conseil de formation, il devrait avoir lieu au plus tôt.

Constellations :

Organisation : Nous avons précisé qu‘il était contre productif d’imposer une formation de cette sorte à un PE non volontaire qui pouvait aussi être mis sous pression par la forme de ce nouveau dispositif (avec des interventions croisées dans les classes) et demandé quels critères avaient présidé au choix des personnels :
l’IA a répondu qu’il n’avait donné aucune consigne de sélection des PE concernés par les formations en fonction des résultats des élèves aux évaluations, ni ciblé ceux présentant une faiblesse pédagogique particulière. Pour lui, rassembler des PE en difficulté professionnelle ne serait pas opérant, car l’hétérogénéité des groupes de formation permet de « s’élever en faisant ».
Il s’est également élevé contre une vision descendante de la formation. Il a déclaré qu’il veillerait à ce qu’il n’y ait pas de dérives de positionnement des IEN et CPC sur ce point.
Dont acte.

Remplacements :

Nous avons interpellé l’IA sur le fait que l’état du remplacement était actuellement catastrophique dans certains secteurs du département et que nous ne comprenions pas que les formations constellations soient maintenues pendant cette période.
L’IA a affirmé qu’il maintiendrait coûte que coûte ce dispositif de formation qui lui paraît fondamental.
Nous avons relayé l’incompréhension, voire la colère des enseignant·es dans les écoles, lorsque des collègues en formation sont remplacé·es alors que les malades ne le sont pas. Il a alors réitéré son point de vue : « La formation ne représente que 4 % des besoins de remplacement, je maintiendrai ce dispositif, hormis en cas de situation de crise sur une école. La formation continue est le cœur du métier. Je sais que dans certains départements, un choix différent a été fait. »
Nous avons aussi demandé à ce que ces journées de constellations, à public désigné, ne soient pas décomptées de notre compte-formation.

Paritarisme :

  • Nous avons demandé à disposer des données chiffrées du mouvement, comme les années précédentes : nombre, taux de satisfaction en fonction du rang des vœux, etc.
  • Demande de davantage de précisions dans la liste des affectations des collègues afin de pouvoir effectuer notre travail de représentant·es des personnels au mieux. Sur ces deux points, l’IA va se renseigner pour vérifier quelles informations pourront nous être communiquées par ses services.
  • Demande de bonification au titre du handicap : le SNUipp-FSU47 rappelle que tout refus de la part du médecin-conseil de l’IA doit être formulé directement, lors d’un entretien, aux personnes concernées.
  • Promotions : nous l’alertons sur l’inégalité de traitement que subissent certains collègues en fin de carrière. N’ayant plus de révision possible de leur appréciation de rendez-vous de carrière, ils partent à la retraite sans pouvoir accéder auparavant à la hors-classe, ce qui entraîne une répercussion négative sur leur pension.
  • Il est acté dans le PPCR que tous les agent·es doivent pouvoir évoluer au sein de deux grades au moins durant leur carrière, ce qui, de fait n’est pas le cas. Nous avons demandé que la situation des collègues concernés soit examinée de façon particulière lors des futures campagnes de promotions, en 2021.
    L’IA s’est engagé à étudier ce problème de plus près…
    A suivre !