Carte scolaire 2022 : avant le CTSD

Nous affinerons la préparation du CTSD du 24 au 31 janvier.
En cas d’oubli, penser à la fiche syndicale de suivi !

Publication : Novembre 2021
Dernière modification : 17 janvier


Les écoles ont transmis leurs prévisions d’effectifs à l’administration.

  • CTM du 15/12/21 : Le Ministère a dévoilé la dotation nationale.
  • CTA du 17/01/22 : La Rectrice a confirmé la répartition académique des postes.
  • CTSD du 01/02/22 : L’IA annoncera ses mesures de carte scolaire.

Il est indispensable de nous envoyer toutes les informations sur vos prévisions d’effectifs.
Merci de remplir et de retourner la fiche de suivi ci-dessous.

Il est inutile d’imprimer cette fiche pour la renseigner.
Fiche de suivi carte scolaire

Toutes les informations peuvent être saisies depuis votre ordinateur :
 enregistrez ce fichier localement.
 ouvrez-le, et renseignez tout ce qui doit l’être.
 enregistrez de nouveau le fichier renseigné.
 envoyez-nous un courriel avec le fichier en pièce jointe.

Répartition des « moyens » pour l’académie de Bordeaux

Au cours du CTA du 17/01, la Rectrice a confirmé la répartition suivante :

À noter : 1 poste est réservé à la mise en place de l’école académique de la formation continue.

Des moyens a minima pour clore le quinquennat

Communiqué national du SNUipp-FSU
Paris, le 16 décembre
 
Aucune création d’emploi n’est prévue pour le premier degré dans le budget 2022, malgré la réaffirmation de la priorité donnée au primaire. Toutefois les écoles disposeront de 2 025 moyens d’enseignement supplémentaires pour préparer la prochaine rentrée suite à l’augmentation du temps de service dans les classes des professeurs des écoles stagiaires. En effet, la réforme de la formation fera passer à temps plein une grande partie des fonctionnaires stagiaires, dégradant ainsi les conditions de formation et d’entrée dans le métier, le tout dans un contexte de crise d’attractivité.
 
A en croire le ministère, ces moyens suffiront à poursuivre et achever la longue liste des priorités engagées ces dernières années : plafonnement des effectifs des classes de GS, CP et CE1 à 24 élèves, dédoublement de ces mêmes classes en éducation prioritaire, amélioration des décharges de direction, création d’ULIS et d’unités d’enseignement autisme, extension des expérimentations locales, renforcement des contrôles de l’instruction en famille et des écoles hors contrat… tout en se payant le luxe de conserver 300 moyens en réserve pour garder une petite marge de manœuvre.
 
Si le ministère poursuit l’amélioration des décharges de direction d’école, ce ne seront que 20% des directrices et directeurs qui seront concerné·es (écoles de 6, 7, 12 et 13 classes). Or dans toutes les écoles, ils et elles ont besoin de temps supplémentaire pour améliorer le quotidien. De plus, le dédoublement en GS en REP et REP+ et les mesures de plafonnement à 24 des effectifs de certaines classes sont bien loin d’être achevées…
 
Comme les années précédentes, le fléchage des moyens attribués ne laissera aucune marge de manœuvre lors des cartes scolaires locales. La répartition entre les académies n’obéit à aucune logique visant à réduire les écarts de dotation et à garantir partout la continuité d’un service public d’éducation de qualité.
 
Le SNUipp-FSU tire la sonnette d’alarme : depuis la rentrée, des milliers de enseignant·es contractuel·les ont été recrutés pour pallier le déficit de professeurs des écoles titulaires. Les fermetures de classes se multiplient faute de remplaçant·es en nombre suffisant. Ces signaux sont ceux d’une école primaire sous-investie qui n’est pas en capacité aujourd’hui de combattre durablement les inégalités scolaires mises en lumière et aggravées par la deux ans de crise sanitaire qui ont terriblement abîmé l’école. Le ministère ne tient pas compte de la réalité du terrain et en premier lieu, ce sont les élèves qui pâtissent de ces mauvais choix. 
 
Pour le SNUipp-FSU, l’école doit bénéficier d’un plan d’urgence avec un engagement budgétaire pluriannuel la dotant des moyens nécessaires à son bon fonctionnement. Cela passe par l’abaissement des effectifs dans toutes les classes, la création de moyens de remplacement, un abondement des RASED et la reconstitution des « plus de maîtres que de classes », une augmentation conséquente du temps de décharge pour la direction d’école ainsi que des moyens pérennes pour l’aide administrative, des emplois d’AESH à la hauteur des besoins… Au lieu de cela, le ministère mise sur les fonds de tiroir en guise de clôture d’exercice !
 

La dotation nationale

Le 15 décembre, le ministère publie la répartition académique des « moyens d’enseignement » pour la rentrée 2022 :

Académies Dotation   Académies Dotation
Aix-Marseille
+ 111
  Nancy-Metz
+ 10
Amiens
+ 5
  Nantes
+ 40
Besançon
0
  Normandie
+ 10
Bordeaux
+ 81
  Nice
+ 95
Clermont-Ferrand
+ 5
  Orléans-Tours
+ 10
Corse
+ 10
  Paris
0
Créteil
+ 210
  Poitiers
0
Dijon
0
  Reims
0
Grenoble
+ 87
  Rennes
+ 10
Lille
+ 20
  Strasbourg
+ 22
Limoges
0
  Toulouse
+ 60
Lyon
+ 90
  Versailles
+ 313
Montpellier
+ 86
 
France métropolitaine : + 1280
Guadeloupe
0
  Mayotte
+ 189
Guyane
+ 127
  Réunion
+ 69
Martinique
0
   
DOM : + 385
Sous TOTAL : + 1 665
*Réserve + 300
*Emploi IEN 1er degré + 60
TOTAL : + 2 025

*Réserve « pour faire face aux ajustements qui s’avéreraient nécessaires en cours de gestion, notamment en raison des aléas démographiques ».
**Emploi IEN : postes pour évaluer l’instruction en famille et hors contrat imputés sur la dotation du 1er degré...

Attention :
Aucune création de poste n’est inscrite au budget 2022 pour le 1er degré.
Les « moyens d’enseignement » qui sont annoncés ne correspondent qu’aux stagiaires qui seront sur le terrain à temps plein au détriment de leur formation.

La carte de la répartition :

Ruralité et critères sociaux

Pour le Lot-et-Garonne :

  • Si la part des élèves scolarisés en « école rurale » est très en deçà des départements de la Dordogne ou des Landes, elle reste néanmoins au-dessus de la moyenne de l’académie.
    Nous rappelons que les écoles rurales représentent un inconvénient majeur pour les « gestionnaires » : elles sont mangeuses de postes.
  • Pour les critères sociaux, il n’y a pas photo : le département concentre les difficultés.
Ruralité et critères sociaux

Pour ces critères sociaux (taux d’élèves scolarisés dans les communes les plus pauvres), le Lot-et-Garonne est - de loin - le plus impacté dans l’académie, et il n’est pas bien placé non plus si l’on regarde les chiffres nationaux.
Le département est classé au 12e rang de l’ensemble des départements de France métropolitaine : voir le document joint.

Ensemble élèves
du public (ULIS inclus)
part d’élèves scolarisés dans :
Une commune
rurale éloignée
Une commune ou IRIS*
du premier quintile
de revenus fiscaux
par unité de consommation
Dordogne
31,50 %
13,20 %
Gironde
5,20 %
11,10 %
Landes
15,00 %
4,50 %
Lot-et-Garonne
12,80 %
28,50 %
Pyrénées-Atlantiques
9,20 %
8,10 %
Académie 10,60 % 11,70 %
« 1er degré public—Bilan de rentrée 2021 »
présenté par le ministère au cours du CTM du 15/12/2021
(extrait)
*IRIS : « Ilots Regroupés pour l’Information Statistique »

Le constat et les prévisions du Rectorat

La baisse des effectifs se poursuit sur l’académie de Bordeaux : l’occasion d’améliorer nos conditions de travail et celles de nos élèves ?

Les chiffres ci-dessous sont le constat de rentrée 2021, et les prévisions pour la rentrée 2022 que la Rectrice présente au Comité Technique Académique (CTA) du 30 novembre :

Académie
de Bordeaux
Constat
2021
Prévision
2022
Ecart
Prévision /
Constat
Ecart
en %
Dordogne
28 229
27 766
- 463
- 1,67%
Gironde
136 200
135 536
- 664
- 0,49%
Landes
31 918
31 583
- 335
- 1,06%
Lot et Garonne
25 204
25 069
- 135
- 0,54%
Pyrénées Atlantiques
42 759
42 420
- 339
- 0,80%
Académie 264 310 262 374 - 1 936 - 0,73%
           
Académie
de Bordeaux
Constat
2021
  Prévision
2022
Ecart
Prévision /
Constat
Ecart
en %
2 ans
1 673
 
1 706
+ 33
+ 1,97%
3 ans
29 428
 
29 639
+ 211
+ 0,72%
4 ans
30 635
 
30 364
- 271
- 0,88%
5 ans et +
31 904
 
31 543
- 361
- 1,13%
PREELEMENTAIRE 93 640   93 252 - 388 - 0,41%
CP
32 580
 
32 042
- 538
- 1,65%
CE1
33 510
 
32 738
- 772
- 2,30%
CE2
34 120
 
33 838
- 282
- 0,83%
CM1
33 928
 
33 951
+ 23
+ 0,07%
CM2
34 235
 
34 201
- 34
- 0,10%
ELEMENTAIRE 168 373   166 770 - 1 603 - 0,95%
ULIS
2 297
 
2 352
+ 55
+ 2,39%
TOTAL 1er degré 264 310   262 374 - 1 936 - 0,73%