FSU-SNUipp 47
169 bis Av. J. Jaurès 47000 AGEN

05 53 68 01 92 | 06 81 64 77 50 | 09 65 17 27 48

05 53 68 01 92
06 81 64 77 50
09 65 17 27 48

 Nous écrire 
La place, la formation et le recrutement des psychologues de l’Éducation Nationale en danger
 Mis en ligne en octobre 2011
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

« Alerte ! La place, la formation et le recrutement des psychologues de l’éducation nationale sont en danger. »
Tel est le titre du communiqué de presse rendu public par le groupe des 7[Le groupe des 7 comprend l’association des conseillers psychologues de France, l’association française des psychologues de l’éducation nationale, la société française de psychologie, le SNES/FSU, le syndicat national des psychologues, le SNpsyEN/UNSA, le SNUipp/FSU. ]] le 19 octobre.

Le non remplacement d’un fonctionnaire sur 2 partant en retraite a des conséquences dans tous les domaines et en particulier il restreint les possibilités de départs en formation spécialisée, « coûteux » en moyens de remplacement.
Dans le premier degré près d’un poste sur dix est vacant, ce qui entraîne à la fois l’augmentation du nombre d’élèves dans les secteurs des psychologues scolaires et la création de véritables « zones blanches » dans lesquelles ces derniers sont dans l’impossibilité d’intervenir.

Depuis longtemps les psychologues des écoles sont en demande d’un statut spécifique qui serait une reconnaissance de leur travail et de leurs obligations.
Le mal-être des jeunes, les phénomènes de violence, les difficultés dans les familles rendent indispensable le service rendu par les psychologues à tous les jeunes, quel que soit leur milieu social, dans le cadre d’une prise en charge spécifique et individualisée.

Les psychologues du groupe des 7 s’inquiètent des choix gouvernementaux et de l’ambition pour le développement des jeunes qu’ils révèlent.
Ils réclament une véritable politique de recrutement à hauteur des besoins, la création d’un statut de psychologue de l’éducation nationale pour les psychologues du premier degré ainsi que le respect des missions des co-psys pour le second degré.

Lire le communiqué :