FSU-SNUipp 47
169 bis Av. J. Jaurès 47000 AGEN

05 53 68 01 92 | 06 81 64 77 50 | 09 65 17 27 48

05 53 68 01 92
06 81 64 77 50
09 65 17 27 48

 Nous écrire 
Montreurs d’images : le printemps des Droits humains
 Mis en ligne en mars 2022
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Festival de cinéma aux Montreurs d’Images du 23 au 27 mars.

Depuis 2016, et tous les deux ans, les Montreurs d’Images fédèrent les associations du département qui militent pour la défense et la promotion des Droits de l’Homme. L’objectif est de mener, ensemble, à l’aide du cinéma, une réflexion sur l’état de ces droits en France et dans le monde.

Avec la saison 4, le festival devient LE PRINTEMPS DES DROITS HUMAINS.
Exit l’expression historique des « droits de l’Homme » pour pouvoir refléter au mieux l’évolution des consciences sur cette question si sensible des droits fondamentaux. D’aucuns diront que c’est une évolution symbolique, mais il y a des symboles qui comptent plus que d’autres.

Le 27 janvier dernier, nous avons commémoré le 77e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz Birkenau. Plus d’un million d’hommes, de femmes et d’enfants y ont été déportés dans des conditions inhumaines avant d’être exterminés.
Simone Veil disait que « Auschwitz était une rupture dans l’histoire de l’humanité ».
Humainement cela ne fait aucun doute. Mais c’est également vrai juridiquement. En effet, depuis l’adoption par l’assemblée générale des nations unies le 10 décembre 1948 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le droit des droits fondamentaux s’est imposé pour occuper, en Europe tout au moins, une place au sommet de la hiérarchie des normes, grâce notamment à la Convention européenne des droits de l’homme et la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.
Mais les associations partenaires du festival savent bien qu’entre la théorie juridique et la réalité de la vie, il existe trop souvent des différences importantes.
Et c’est ainsi qu’elles ont sélectionné cette année 13 films et un court métrage qui traitent évidemment des libertés et droits fondamentaux classiques, comme le droit à la vie, le droit à la sûreté, le droit à l’égalité ou le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, mais qui vont aborder aussi ces nouvelles prérogatives de l’être humain que sont le droit à la santé, qu’elle soit physique ou mentale, le droit à la protection des données personnelles ou le droit à l’environnement.
Face à la réalité de l’état de ces droits que le cinéma nous dévoilera, nos rencontres, nos échanges et nos débats qui suivront les projections devront nous (re)donner confiance dans l’espoir d’un monde nouveau, à l’instar de ce qu’est le printemps. C’est en tous les cas notre objectif résumé en un mot : VICTURI. En latin, il a un double sens : ceux qui vont vivre - ceux qui vont vaincre. En espérant que vous serez nombreux à vous y associer, pour que vivent et triomphent les Droits Humains.

Pour les Montreurs d’Images,
Laurent Bruneau

Le programme :

Plus d’infos :

http://lesmontreursdimages.com/FR/4...