Loi Blanquer, réforme du lycée : lettre ouverte aux élu·es du 47

Lors de la réunion publique organisée par la FSU47 à Agen, après que chaque participant·e se soit exprimé·e, il a été décidé d’organiser un collectif dont la première action serait d’interpeler les élu·es du Lot-et-Garonne avant le début des travaux de la commission mixte (Sénat + Assemblée Nationale)
Voici ci-dessous la lettre qui a également été envoyée aux medias.

Publication : Juin 2019
Modification : Juin 2019

Lors de la réunion publique organisée par la FSU47 à Agen, après que chaque participant·e se soit exprimé·e, il a été décidé d’organiser un collectif dont la première action serait d’interpeler les élu·es du Lot-et-Garonne avant le début des travaux de la commission mixte (Sénat + Assemblée Nationale)
Voici ci-dessous la lettre qui a également été envoyée aux medias.

Extraits :
Après avoir cherché l’information (lecture des projets de loi, de rapports, visionnage de débats entre élus ...), après avoir rencontré certains d’entre vous, après avoir participé à des réunions publiques, nous pensons que les mesures prises par ce gouvernement sont très loin de la mission première de l’école : éduquer en compensant les inégalités sociales, culturelles et territoriales.
[...]
Vous avez le devoir de faire en sorte que l’école publique française puisse offrir à tous une chance :
– en demandant au gouvernement de prendre le temps de construire des réformes réfléchies, en concertation avec les
professionnels de l’éducation, avec les associations de parents, avec les collectivités locales ;
– en étant attentif à ce que le Lot-et-Garonne ne subisse pas des lois inadaptées aux spécificités de notre terrain
(pauvreté, diversité culturelle et communautaire, ruralité …) ;
– en prenant à coeur le devenir de tous nos enfants ;
– en ne validant pas le projet de loi « école de la confiance ».