E3C : Quelle réalité en Lot-et-Garonne derrière le « tout va bien » ?

La Rectrice de l’Académie de Bordeaux a dit aux proviseurs de l’Académie que les E3C (Epreuves Communes de Contrôle Continu) devaient se tenir « coûte que coûte » !

Publication : 31 janvier 2020

E3C : Quelle réalités en Lot-et-Garonne derrière le « tout va bien » ?

La Rectrice de l’Académie de Bordeaux a dit aux proviseurs de l’Académie que les E3C (Epreuves Communes de Contrôle Continu) devaient se tenir « coûte que coûte » !

Dans notre département, cela a été le cas… mais à quel prix pour des épreuves qui, selon l’Administration, ne comptent que très peu pour l’obtention du bac !
Devant la présence de professeurs grévistes devant les lycées, et par peur de mouvement chez les lycéens, particulièrement stressés par ces épreuves auxquelles ils n’ont pas été préparés dans de bonnes conditions faute de temps, les lycées ont été placés sous haute surveillance… et les alarmes incendie désactivées ! Au mépris de la sécurité… On a vu des élèves passer par- dessus le mur à Palissy car les grilles étaient fermées (cadenassées !)
A Aiguillon, élèves de 2de et terminale ont été confinés dans la crypte du château car ils manifestaient l’intention d’aller dans la partie du lycée où leurs camarades de 1ere passaient les épreuves, ce qui a provoqué une crise de panique d’une élève.
Dans la plupart des salles au lycée De Baudre le jeudi, un seul surveillant, alors que deux étaient prévus pour satisfaire aux exigences des conditions d’examen. Parmi eux, des administratifs et agents pour qui la surveillance de salles d’examen ne fait pas partie de leurs missions ont été appelés pour remplacer les enseignants grévistes.
Les élèves ont été menacés d’un zéro, de sanctions quand elles et ils ont commencé à discuter de ne pas aller composer !
Enfin, preuve que la désorganisation ne provient pas d’une minorité hostile à priori mais de l’administration elle-même, à Palissy, lors des deux épreuves de LV d’anglais et d’espagnol, certaines salles n’ont eu droit qu’à un fichier audio quand les autres avaient le fichier complet, vidéo…

Rupture d’égalité de traitement des candidats évidente !

La réponse de la direction du lycée est de refaire passer ces épreuves… aux seuls élèves ayant eu le sujet audio, avec un autre sujet donc ! A nouveau l’égalité de traitement des candidats est bafouée ! D’autant que les élèves ayant déjà composé se sont vus menacés d’un zéro si ils ne venaient pas à la nouvelle épreuve !

Cela n’est pas sans rappeler la proclamation des résultats du bac avec des notes fictives en juin dernier !

Ce qui compte pour le ministre (et son administration), c’est l’affichage et d’imposer ses vues. Le passage en force de la réforme du bac traduit un profond mépris du travail des enseignants comme de celui des élèves !