Accueil du siteÉcole
Projet Académique ?


Article visité 4717 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : jeudi 6 janvier 2011

Le rectorat a pondu un volumineux dossier pompeusement intitulé « Objectif 2015 »
Ce pré-projet n’augure rien de bon pour les établissements scolaires de l’Aquitaine et du Lot-et-Garonne.

En pièce jointe (voir en bas de page), une proposition de réponse collective ; à amender, modifier, adapter...
D’abord une remarque sur les conditions de cette consultation. Les délais très brefs imposés (courrier de l’IA reçu le 13 décembre dans les écoles, retour pour le 10 janvier au plus tard ) laissent à penser que le rectorat ne souhaite pas que la profession réfléchisse et débatte sérieusement de son projet.

1. Ce pré-projet se veut à la pointe de la mise en œuvre des réformes libérales du gouvernement.

  • Sont mis en avant très souvent des termes « individualisation » « personnalisation des apprentissages » « différenciation » « accompagnement personnalisé » pour caractériser les parcours des élèves.
    On individualise l’échec. L’élève est coupable.
    Au lieu de viser à la réussite de tous, on instaure une école des inégalités. On réduit l’ambition de l’école au socle commun de connaissances pour les uns, mais on préserve une école « 4 étoiles » pour d’autres.
  • Une même logique d’individualisation pour les enseignants :
    L’objectif 4.1.2 veut renforcer la personnalisation et le suivi des carrières des personnels pour valoriser leurs compétences en s’appuyant sur le suivi et l’évaluation de leur mission.
    Le management s’installe dans l’éducation nationale.
    Dans un verbiage parfois opaque, le vocabulaire libéral ressort.
    L’objectif 2 veut « renforcer la culture du projet et l’évaluation à tous les niveaux dans le cadre de l’autonomie des établissements »
    Il veut développer l’autonomie des établissements, la mise en place de contrats d’objectif.
    C’est la fin de l’Education « Nationale ». On connait les conséquences du pilotage à l’évaluation sur le niveau des élèves dans les pays anglo-saxons.
  • Comment ne pas être inquiets devant les objectifs
    - 3 1 3 renforcer et organiser les contacts avec le monde de l’entreprise
    - 3 1 4 favoriser l’insertion par une carte des formations adaptée aux emplois.
    L’école se voit transformer en fournisseur de main d’œuvre pour le patronat.
  • Il mentionne « L’école ou l’EPLE », il affiche la volonté de développer les « internats d’excellence » mesure alibi pour cacher l’aggravation des inégalités sociales.
  • Les nouvelles technologies sont présentées comme la solution de tous les maux.
    Nous craignons que les ordinateurs remplacent peu à peu l’enseignant avec les conséquences désastreuses que cela aura.

2. Des ambitions ridicules aux regard des suppressions de postes, des moyens en diminution constante, de la suppression de la formation initiale et continue.
On notera, par exemple, sans rire les objectifs :
4 4 1 Conforter les compétences professionnelles des personnels par la formation initiale et continue
2 1 3 renforcer le nombre d’enseignants titulaires du 2CA-SH et du CAPA-SH
1 1 4 Assurer la pratique de 2 langues vivantes étrangères
Objectif 3 « Comment optimiser le pilotage académique » en supprimant du personnel administratif, en éloignant les centres de gestion des personnels de l’EN.

Par contre l’action 1 3 2 fait moins rire. « assurer la sérénité scolaire dans les écoles et les établissements en s’appuyant sur les Équipes Mobiles de Sécurité »

3. Nous sommes heureux d’apprendre que l’académie bénéficie d’une structure sociale globalement favorable.
Le recteur pourra nous préciser combien de rangs a gagné le Lot-et-Garonne ces dernières semaines dans le classement INSEE.

4. Merci pour la leçon de vocabulaire :
« allophone » est un mot canadien qui signifie « parlant une autre langue. Dans le temps on parlait de primo-arrivant.

Conclusion
On notera que ce pré-projet
- Alourdit considérablement le travail des enseignants.
- Ramène la difficulté scolaire à des difficultés individuelles et ne propose que des solutions individuelles qui ne sont pas efficaces.
- N’affiche aucune ambition pour démocratiser l’école, permettre l’accès au plus grand nombre aux savoirs et aux connaissances.
- Les indicateurs retenus ne sont que taux et nombres, mais les apprentissages ne peuvent être réduits à des pourcentages.

Un tel zèle doit-il être mis en relation avec l’obtention de primes aux résultats pour les recteurs et IA ?