Accueil du siteSNUipp 47 Édito
... En même temps ...


Article visité 137 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : jeudi 11 janvier 2018

Rythmes

Depuis de longues années, ce sujet revient sur le devant de la scène tous les trois ou quatre ans environ.

Quels que soient les attendus ou les objectifs, un·e ministre pose le thème dans la presse, puis l’espace médiatique s’enflamme, des débats déchirent l’opinion publique, les associations spécialistes, les syndicats, la profession, et soudainement une solution miraculeuse émerge... jusqu’à la prochaine fois...

Sauf que là, il n’y a pas eu de « déchirement ». Dès la rentrée dernière, de nombreuses communes se sont engouffrées dans la brèche ouverte par le décret du 27 juin. Un peu comme s’il y avait un besoin urgent de pouvoir prendre un bol d’air.

Pas de déchirement, cela ne signifie pas que tout le monde est du même avis : souvent les votes émis par les conseils d’école ne sont pas tout noir tout blanc.
Mais, en même temps, les conditions de mise en œuvre de la « refondation de l’école », de sa semaine à quatre jours et demi et de ses TAP ont été telles que l’on peut parier que la quasi-totalité des communes reviendront avec soulagement à quatre jours de classe.

Au-delà de toutes les considérations professionnelles ou personnelles, ce sera la première fois dans l’histoire de l’école que les rythmes hebdomadaires inscrits dans la loi ne seront plus appliqués : les calendriers dérogatoires seront ultra majoritaires.
Ce n’est pas bon signe quand les exceptions tuent la règle au lieu de la confirmer.

Défi

Le ministre de l’éducation nationale a décidé de se lancer, et de lancer les enseignant·es en même temps avec lui, dans un défi nommé :
« 100 % de réussite au CP ».

Là, on commence à s’inquiéter, et on n’est pas les seuls. Les conseillers pédagogiques ont dû fabriquer en urgence des animations destinées à expliquer le dessous des cartes.
Pas tous les dessous d’ailleurs :

  • Quel sens peut-on donner à un tel chiffrage ?
  • Qu’est-il prévu pour les collègues qui n’atteindront pas les 100 % ?
  • Perte d’un trentième ?
  • Flagellation sur la place publique ?
  • Qu’arrivera-t-il aux élèves n’ayant pas réussi à « savoir lire, écrire, compter, respecter autrui » ?

Nous savons le ministre très addict aux évaluations et à leur caractère scientifique. Nous craignons qu’il n’érige ces évaluations en Graal absolu, et que ce soient les élèves et leurs enseignant·es qui en paient la quête…

CP dédoublés, PDMC, et carte scolaire

L’annonce du dédoublement de tous les CP de REP à la rentrée prochaine aurait pu être une très bonne nouvelle.
Mais, en même temps, avec une dotation de postes en forte baisse, ces dédoublements vont souvent se payer douloureusement : disparition des « plus de maîtres que de classes » (PDMC), hausse du nombre d’élèves dans les autres classes, nombreuses fermetures de classes...
Nous connaîtrons la dotation départementale le 19 janvier : cela nous donnera un aperçu de ce donneront les ouvertures et fermetures de classes.

Fonctionnaire = nanti

Hausse de la CSG, retour de la journée de carence, gel du point d’indice, report du PPCR… Autant de mesures prises en même temps, qui ne laissent planer aucun doute sur la « bienveillance » de l’État-patron.

Ces quelques thèmes marquent ce début d’année en même temps comme se plaît à dire notre président.
Il nous appartiendra, collectivement, de tenter d’infléchir le cours des choses, toutes et tous ensemble, pour changer de tempo en quelque sorte…

Luc Mamin