Accueil du siteSociétéEurope
Audit Citoyen 47 : Non à l’austérité permanente


Article visité 78 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : mercredi 12 septembre 2012

Pacte budgétaire : Le Collectif départemental de Défense de l’emploi, des Services Publics et pour un audit de la dette [1] dit Non à l’austérité permanente.

Le président de la République veut faire ratifier au plus vite par le Parlement le « Traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance » (TSCG) de la zone euro, plus connu sous l’intitulé de « Pacte budgétaire », tel qu’il a été signé par Nicolas Sarkozy le 25 mars dernier.
Pourtant, les quelques mesures « de croissance » rajoutées - qui étaient déjà programmées avant et qui sont très insuffisantes pour qu’on puisse parler de relance - ne constituent en rien la renégociation promise par le candidat François Hollande d’un traité qui ajoute l’austérité à l’austérité.
Ce n’est pas de plus d’austérité dont nous avons besoin mais d’un meilleur partage des richesses produites.

Les politiques néolibérales mises en œuvre depuis des années sont à la racine des problèmes actuels de la zone euro. Le « Pacte Budgétaire » s’inscrit dans la même lignée et ainsi accentuera encore la crise.

En imposant que le « déficit structurel » d’un État soit inférieur à 0,5 %, ce projet de traité obligerait à des coupes drastiques dans les dépenses publiques.
Il sera un frein majeur pour s’attaquer à la crise sociale et écologique en supprimant les possibilités de financement :

  • d’une politique engagée vers la transition sociale et écologique (créer des millions d’emplois, réduire les pollutions, assurer la reconversion écologique du secteur de l’énergie, des modes de production et de consommation) ;
  • du développement et de la rénovation des services publics et de la protection sociale ;
  • de la réduction des inégalités sociales et de la réalisation de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Cette orientation, engagée depuis deux ans amène aujourd’hui la récession généralisée.
Le pouvoir d’achat stagne ou régresse ; les entreprises et les collectivités locales réduisent leurs investissements ; le chômage s’aggrave partout ; les difficultés de PSA et d’autres entreprises découlent directement de l’effondrement de la demande en Europe du Sud.
Dès 2013, selon une étude du FMI lui-même, ramener le déficit de la France à l’objectif de 3% du PIB affiché par le gouvernement créera automatiquement 300 000 chômeurs de plus.
Les recettes fiscales baisseront rendant encore plus difficile la réduction des déficits, « justifiant » ainsi un nouveau tour de vis, etc. L’austérité crée l’austérité dans un engrenage sans fin.

Ce Pacte budgétaire est socialement insupportable car les « programmes d’ajustement structurel » aujourd’hui imposés à la Grèce et aux autres pays en difficulté réduisent les protections, accroissent les inégalités et touchent le plus durement les populations les plus précaires – femmes, jeunes, ouvriers, immigré-es.
Ce Pacte entraîne toute l’Union dans une spirale dépressive.

Ce Pacte budgétaire est un déni démocratique.
Il marginalise les Parlements nationaux et européen ; et fait de la Commission et de la Cour européenne de justice, organismes non élus, les juges des budgets nationaux. Son objectif est de rassurer des marchés financiers qui détiennent ainsi la réalité du pouvoir. Nous ne l’acceptons pas.

Accroissement des crises sociale, écologique et financière mondiales ; renforcement des extrêmes droites xénophobes et nationalistes : face à cela une mobilisation de l’Europe fondée sur la solidarité et la démocratie est une nécessité.

Au contraire le Pacte budgétaire renforcerait les contradictions dans la zone euro et pourrait mener à son éclatement. Le refus de la France de ratifier ce traité serait un signal fort envoyé aux autres peuples européens afin d’ouvrir le débat sur la construction d’une autre Europe.

Réunion Publique
à Villeneuve sur Lot le 21 septembre à 20 h 30
Maison de la Vie Associative Espace François Mitterrand
54, rue de Coquard

Manifestation Nationale contre le Pacte Budgétaire
à Paris le 30 septembre.

Un départ collectif (en train ou en bus) sera organisé. Inscrivez-vous :
le30aparis@gmail.com.
Aidez au financement de ce départ collectif en envoyant vos chèques à :
FSU - Soutien à la manifestation du 30 septembre - 169 bis av Jean Jaurès - 47000 AGEN

Imprimer et distribuer le tract d’appel :

[1] soutenu par :
FSU 47 - Solidaire 47 - Confédération Paysanne - Union Locale CGT de l’Albret et de Tonneins - CGT Mines Energie - CGT Finances Publiques - ATTAC Agen et ATTAC Villeneuve - Comité de l’Albret de Défense de l’emploi et des services publics - Comité de défense de l’emploi de Tonneins - Mairies de Barbaste et de Saint Etienne de Fougères - PCF - Parti de Gauche - Gauche Unitaire – Gauche Anticapitaliste - NPA - Alternative Libertaire.