Accueil du siteParitarismeFormation initiale et continue
Conseil de formation du 10 novembre 2017


Article visité 275 fois Imprimer  Enregistrer au format PDF  
Mis en ligne ou actualisé le : jeudi 23 novembre 2017

Premier conseil de formation de l’année, à l’ordre du jour : formation initiale et continue

PDF - 87.3 ko
déclaration conseil de formation du 10 novembre 2017

 Formation initiale

Extrait de la déclaration liminaire du SNUipp-FSU 47
Quant à la formation initiale, le changement de direction n’a en rien résolu les problèmes inhérents à l’organisation de la rentrée : les inscriptions universitaires, desquelles découle l’accès à l’emploi du temps Hyperplanning, ont été très tardives et les étudiants et stagiaires ont rencontré les mêmes difficultés que l’année dernière.
Pire, le déménagement des locaux est source de nombreuses difficultés. Non seulement les locaux n’ont pas été pensés pour le confort des usagers et des personnels (pas de salle de repos, pas d’espace de discussion ou de rassemblement), mais ils s’avèrent insuffisants : la gestion des salles est faite par le DUSA et engendre des modifications d’emplois du temps (disponibilité de l’amphithéâtre par exemple).
Pire, les travaux d’aménagement du CRD ne sont toujours pas terminés, les étudiants et stagiaires ainsi que les personnels doivent donc travailler dans une ambiance bruyante de perceuses du matin au soir : c’est indigne, et ne peut pas engendrer une formation de qualité malgré toute la bonne volonté des participants.
Enfin, l’accès au CRD qui est toujours avenue Jean Jaurès est rendu complexe par la distance, et empêche les étudiants et stagiaires d’avoir accès à des ressources nécessaires à leur formation.
Le SNUipp-FSU47 demande que les conditions d’apprentissage et d’enseignement à l’ESPE d’Agen s’améliorent dans les plus brefs délais.

En réponse, la directrice de l’antenne d’Agen de l’ESPÉ d’Aquitaine a dressé le bilan de la rentrée. Elle s’est satisfaite de la fin des travaux, de la disponibilité des emplois du temps de chacun dans l’outil informatique idoine et de la prochaine disponibilité du centre de documentation, vraisemblablement début janvier.

Un grand luxe des détails nous a été fournis ainsi que des remerciements pour la patience et la bonne volonté des usagers. Il faut dire qu’ils et elles n’avaient guère d’autre choix que de subir ces conditions déplorables qui se prolongent par l’absence de centre de documentation jusqu’en janvier.

Nous sommes intervenus fermement pour dénoncer le caractère scandaleux de cette situation : l’Université est depuis plusieurs années incapable d’être opérationnelle au jour de la prise de fonction des professeur·e·s des écoles stagiaires.
L’administration de l’ESPÉ semble trouver cela tout naturel ; celle de l’éducation nationale est un peu chagrinée ; mais, hors les organisations syndicales, tout le monde semble avoir accepté la fatalité d’un ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche incapable de faire prendre en compte par les universités les nécessités du service dans les écoles primaires.
Il faut dire qu’il est plus simple de soumettre les professeur·e·s des écoles stagiaires à des conditions d’entrée dans le métier éprouvantes que de demander au recteur, chancelier des universités, de faire son travail en coordonnant les différentes institutions dont il a la charge. L’IA-DASEN a reconnu le problème et demandera qu’il soit résolu. C’est bien le minimum !

À la suite du conseil de formation, les stagiaires nous font remonter que les problèmes d’organisation, contrairement à ce qui a été annoncé lors de ce CDF, sont loin d’être résolus : des cours ont lieu sans que certains stagiaires ne le sachent, et on les rend responsables de cet état de fait... ils n’avaient qu’à se renseigner...

 Modalités d’évaluation

Le PE stagiaires ont beaucoup de mal à connaître avec précision et au bon moment les modalités précises de leur évaluation.
La directrice de l’ESPÉ nous a assuré que tout était expliqué dans le guide des études, à tout le moins pour les contrôles terminaux qui sont organisés par l’Université.
Le contrôle continu est géré directement par les professeur·e·s concerné·e·s, ce qui explique sans doute les difficultés à recueillir des informations convergentes puisque la situation de chaque PES dépend des professeurs qui l’encadrent. La directrice de l’ESPÉ a proposé de remplir un calendrier par semestre et de le fournir aux stagiaires.
Concernant le mémoire et les différences entre professeurs, il y a un responsable de séminaire dans chaque antenne à qui les stagiaires peuvent s’adresser en cas de question.

Au final, il y a de vrais disparités entre les formateurs et les antennes concernant l’évaluation des stagiaires, ce qui crée des situations d’inégalités.

 Prolongations de stage

La première commission d’entretien devrait permettre d’adapter réellement les parcours des PE en prolongation de stage. L’Université a pourtant prévu qu’ils et elles suivent tous les cours de master 2. En matière d’adaptation, on peut mieux faire !
Lorsque les PE en prolongation de stage sont déjà titulaires du master MEEF, ils devraient pouvoir bénéficier de plus de temps de pratique accompagnée en étant inscrits en DU complémentaire. La directrice de l’antenne d’Agen a reconnu que ce devrait être le cas.

 Formation continue et animations pédagogiques

Concernant la formation continue, nous déplorons encore de nombreux retours de collègues qui rencontrent des difficultés pour les inscriptions : entre les confusions dues aux deux sessions d’inscription et la mise en œuvre de la nouvelle application SOFIA (sans consignes plus précises malgré nos demandes d’éclaircissement), sans oublier l’application GAIA qui n’est toujours pas très fonctionnelle pour les enseignants, et les menaces pesant sur la sur-inscription aux animations pédagogiques, la campagne d’inscription s’est révélée chaotique et source de stress pour de nombreux personnels enseignants. Et que dire de l’annulation d’une session pour le stage « secourisme » (stage le plus demandé) due à une erreur de l’Administration et qui ampute encore le plan de formation continue déjà bien maigre en ce qui concerne les stages à inscription individuelle…

L’ensemble des organisations syndicales a refusé que des règles limitant le cumul de stage de formation continue soient mises en place.
Concernant le SNUipp-FSU, ces règles n’auraient un sens que pour des stages durant au minimum une semaine chacun puisque la référence était auparavant d’une semaine de stage de formation continue en moyenne par an sur l’ensemble de la carrière.
Malheureusement, il n’existe plus de tels stages. S’ils existaient encore le barème jouerait son rôle et la règle serait aussi inutile.

  • Un stage de formation initiale des directeurs et directrices est déplacé.
  • Nous avons obtenu que la deuxième session du stage secourisme soit replacée. Elle sera le 25/05/2018 mais la journée durera 7h.

Il a été rappelé que les animations pédagogiques pour lesquelles un ordre de mission n’a pas été envoyé ne seront pas prises en compte même si la feuille d’émargement est signée.
Les circonscriptions vérifieront pour chaque collègue le nombre d’heures d’animation pédagogique auxquelles ils et elles sont inscrits. Ils procéderont à des désincriptions quand le nombre d’heures excède les obligations de service (18h pour un temps plein sans allégement lié à des fonctions particulières).

 Parcours culturels (et autres) des élèves

Après la fin du conseil de formation, l’Administration a présenté un nouvel outil de suivi des parcours artistiques, sportifs et culturels des élèves. Les enseignant·e·s seront prochainement invité·e·s à utiliser cet outil par le COEE. Pour autant que nous ayons pu l’apprécier, l’ergonomie semble soignée.