FSU-SNUipp 47
169 bis Av. J. Jaurès 47000 AGEN

05 53 68 01 92 | 06 81 64 77 50 | 09 65 17 27 48

05 53 68 01 92
06 81 64 77 50
09 65 17 27 48

 Nous écrire 
Palestine : arrêt immédiat des opérations militaires contre la population palestinienne
 Mis en ligne en octobre 2023
 Modifié le 6 juin 2024
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Ensemble et plus nombreux ! Pour une paix durable et juste

Conférence sur l’histoire de la Palestine (suivie du film« Alam »), le 20 juin

Animée par André Rosevègue, membre de l’Association France Palestine Solidarité 33 et porte-parole en Aquitaine de l’Union Juive Française pour la Paix.
À l’initiative de l’Institut d’Histoire sociale de la CGT et de France Palestine Solidarité.
Aux Montreurs d’images à Agen, à 20 h00.

L’histoire de la Palestine n’a pas commencé le 7 octobre dernier.
Pour éclairer la situation il semble nécessaire de retracer les différentes étapes et épisodes qui l’ont jalonnée d’une manière souvent dramatique et qui permettent d’expliquer ce qui est vécu actuellement. Si on veut en particulier comprendre ce qui est en train de se passer dans cette région du monde, si on veut éviter que toute critique, toute remise en cause, toute dénonciation des actions politiques et militaires de l’Etat d’Israël soient rejetées d’emblée et a-priori sous l’accusation d’antisémitisme, il faut remonter dans le temps, et arrêter de confondre, souvent sciemment, « antisémitisme » et « antisionisme ».
Donc apprendre comment ce mouvement est apparu dans l’histoire, quelle est son idéologie, quels sont les buts qu’il poursuit et en quoi il influence aujourd’hui la politique israélienne…
Sans remonter à Abraham, on dira toujours que cette histoire est compliquée si on ne voit pas qu’en réponse à l’antisémitisme européen le processus de colonisation juive impulsé par le sionisme date de plus d’un siècle, avec des phases d’accélération et d’autres de consolidation.
Aujourd’hui, où la réalité de l’apartheid pratiquée par l’Etat israélien est largement reconnue et où la destruction en cours de la Bande de Gaza a une dimension génocidaire, quelle paix peut-on envisager à la lumière de l’histoire de la Palestine ? Que pouvons-nous faire, ici et maintenant, pour contribuer à ce qu’elle advienne ?

Soirée Palestinienne, le 15 juin

Salle des fêtes de Feugarolles.
18h : Conférence Pierre Stambul (Porte-parole de l’Union Juive française pour la Paix)
19h30 : Apéritif, exposition photos
Repas palestinien (25€-10€ enfants, étudiantes personnes au chômage)
En soirée : danse avec Abaeer Hamad
Concert de Pierre Clave et son Oud

Inscription pour le repas au plus tard le 10 juin :
Comité Palestine 47 AFPS
Par tel : 0621245513 / 0685910751
Par mail : comite.palestine47afps chez aol.com

Rassemblements Urgence Rafah

Samedi 8 juin 2024
  • Villeneuve sur Lot : Place Ste Catherine 10 h
  • Agen:intersection boulevards de la République et Carnot 10 h

Au moins 75 personnes ont été tuées dans les bombardements israéliens sur le centre de Gaza au cours des dernières 24 heures, a rapporté le correspondant d’Al Jazeera à Gaza.
Les camps de réfugiés d’al-Bureij et de Maghazi ont été les plus touchés, les forces israéliennes affirmant frapper des cibles du Hamas tandis que les troupes au sol opèrent « de manière ciblée avec l’aide des services de renseignement » dans la zone d’al-Bureij.
L’hôpital des Martyrs d’Al-Aqsa, qui serait le seul établissement médical offrant des services dans le centre de Gaza, est actuellement « débordé de blessés », dont beaucoup sont soignés à même le sol, selon un porte-parole du ministère de la santé de Gaza.
De nombreux Palestiniens déplacés ont depuis fui al-Bureij, qui est l’un des endroits qui ont accueilli les Palestiniens déplacés fuyant la ville méridionale de Rafah à la suite des dernières opérations israéliennes dans l’ancienne ville refuge.
Les chars israéliens auraient atteint le centre de Rafah, ce qui soulève des questions sur la prétendue « ligne rouge » des États-Unis concernant les attaques israéliennes sur la ville palestinienne.

208e jour de guerre sur la Bande de Gaza
Un génocide ça ne se regarde pas, ça se combat et ça s’arrête !

Une fosse commune a été découverte à l’hôpital al-Shifa à la suite d’un siège de deux semaines. Il s’agit de l’une des nombreuses fosses communes découvertes à l’hôpital al-Shifa, le plus grand établissement médical de l’enclave côtière.
Des membres de la défense civile et des secouristes ont récupéré 180 corps enterrés dans cette fosse commune par l’armée israélienne. Il s’agit de femmes âgées, d’enfants et de jeunes hommes..
La guerre d’Israël contre Gaza a tué plus de 34 000 Palestiniens, selon les autorités sanitaires locales, a dévasté les deux plus grandes villes de Gaza et a semé la destruction sur tout le territoire.
Au moins deux tiers des victimes sont des enfants et des femmes.
Le bilan réel est probablement plus élevé, car de nombreux corps sont coincés sous les décombres laissés par les frappes aériennes ou se trouvent dans des zones inaccessibles au personnel médical.
Urgence GAZA Exigeons un cessez le feu immédiat !

Samedi 27 avril 2024
  • VILLENEUVE-SUR-LOT à 10 h : Porte de Paris
  • AGEN à 15 h : Place Wilson, si pluie Place des Laitiers Cornières

Agen, rassemblement tous les samedis à 10 heures

À l’appel de :
Association France Palestine Solidarité (AFPS) ATTAC, Comité Palestine 47 AFPS, Ligue des droits de l’Homme LDH 47, Confédération Générale du Travail (CGT), Ensemble !, Fédération Syndicale Unitaire (FSU), La France insoumise (LFI), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), Réseau Éducation sans frontières (RESF), Nouveau Parti Anti-Capitaliste (NPA), Union Juifs pour la Paix (UJFP), MODEF (Mouvement Défense Exploitations Familiales ), Syndicat Solidaire, France Libertés 47, CFDT47, Parti Communiste Français (PCF), Les Ecologistes-EELV, Le Collectif Paysan 47 et Palestiniens, La Cimade.
Avec le soutien du Comité Catholique contre la Faim dans le Monde CCFD terre Solidaire 47

Nous exigeons l’arrêt immédiat des opérations militaires contre la Bande de Gaza. L’offensive menée par l’État d’Israël contre la population de la Bande de Gaza, ses habitations, ses infrastructures est d’une violence sans précédent.
Nous condamnons les crimes de guerre commis par des commandos du Hamas contre des civils israéliens, crimes qui ont coûté la vie à plus de 1400 personnes dont des centaines de femmes et d’enfants.

Comme tout peuple opprimé, le peuple palestinien a le droit de résister, mais rien ne peut justifier de tels actes.
Ces crimes ne peuvent en aucun cas justifier qu’Israël commette d’autres crimes de guerre avec l’aval de ses alliés. Chaque victime civile israélienne comme palestinienne est à déplorer. Chaque vie compte autant qu’une autre à nos yeux. Nous exigeons la libération immédiate de tous les civils pris en otage.

Des quartiers entiers de la Bande de Gaza ont été rasés, des écoles, des universités, des hôpitaux détruits. On compte ce 23 Octobre,5100 personnes tuées dont 2050 enfants et 6 journalistes, dont des centaines de morts dans le bombardement de l’hôpital Al-Ahli de Gaza, 15000 blessés, et des centaines de milliers de personnes déplacées qui se trouvent sans abri. Du fait d’un siège inhumain, l’eau, l’électricité et la nourriture manquent cruellement.
Déjà durement touchée, la population de la Bande de Gaza est au bord d’une catastrophe humanitaire majeure. Ce sont des crimes de guerre et qui visent aujourd’hui les hommes, les femmes et les enfants de la Bande de Gaza, au nombre de 2,2 millions.

Nous demandons d’urgence au président de la République de cesser son soutien inconditionnel à la politique israélienne. La France devrait porter la voix de la paix.

La France doit demander la levée immédiate du siège inhumain imposé à la population de Gaza, et l’annulation de l’ordre d’évacuation de la moitié du territoire de la Bande de Gaza.
Au-delà de la catastrophe humanitaire que nous dénonçons, rien ne peut justifier la destruction massive des infrastructures civiles qu’impliquerait une telle opération.
Nous exigeons l’arrêt des opérations militaires contre la Bande de Gaza, dont les populations civiles sont et seront les principales victimes, dans le cadre d’un cessez-le feu total et immédiat.
Depuis des dizaines d’années la communauté internationale est restée passive sans faire appliquer le droit international devant les dénis des droits du peuple palestinien : occupation sans fin et colonisation de la Cisjordanie y compris Jérusalem-Est, blocus destructeur et inhumain de la Bande de Gaza depuis 16 ans…
Une paix juste et durable ne sera possible que dans le cadre de la reconnaissance des droits du peuple palestinien.
Nous appelons à se rassembler partout en France sur les bases de cet appel.
Les libertés d’expression et de manifestation, libertés démocratiques fondamentales, doivent être respectées.

Membres du Collectif National et du Collectif Départemental 47 pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens signataires de l’appel :

Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) - AFD International – AILES Femmes du Maroc - Alternative Libertaire (AL) - Américains contre la guerre (AAW) - Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) - Association des Tunisiens en France (ATF) - Association France Palestine Solidarité (AFPS) - Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) - Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) - Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) - Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) - Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) – Comité Palestine 47 AFPS- Cedetim / IPAM - Collectif des Musulmans de France (CMF) - Collectif Faty Koumba - Association des Libertés, Droits de l’Homme et non-violence - Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) - Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) - Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) - Confédération générale du Travail (CGT) - Droit-Solidarité - Ensemble ! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire - Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Fédération Syndicale Unitaire (FSU) - Génération Palestine - La Courneuve-Palestine - La France Insoumise (LFI) - le Mouvement de la Paix - les Femmes en noir (FEN) - Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) - Organisation de Femmes Egalité- Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) - Parti de Gauche (PG) - Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) –Sortir du colonialisme - Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) -Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) - Union syndicale Solidaires