Évaluations CP/CE1 2021 : c’est toujours non !

Saison 4 de l’obsession ministérielle : c’est long, et ça n’a toujours aucun sens...

Publication : 2 septembre 2021
Dernière modification : 16 septembre


Des évaluations nationales standardisées sont imposées depuis quatre ans à tous les élèves de CP et de CE1, malgré critiques et oppositions de la profession, d’une bonne partie de la recherche et des mouvements pédagogiques.

Après avoir fallu convaincre les parents de remettre leur gamin à l’école, expliquer de nouvelles règles sanitaires qui vont changer tous les quatre matins, rassurer nos élèves, mettre en place une vie de classe dans la « bienveillance » mais dans « la distanciation sociale », maintenant, au moment où tout est en place pour entrer dans les apprentissages, BAM, MIAM, DUAL, PAF, VROUM : la saison des évaluations nationales !
Ne cherchez pas à comprendre, c’est la dictée de syllabes des CE1 !
Il faut donner du sens aux apprentissages !

Nous allons chercher la ligne du carré blanc, puis la case de l’étoile noire, le kif total. Pour faire du lien avec l’EMC, nous expliquerons que le ministre de toutes les écoles oblige toutes les maîtresses et tous les maîtres de CP et de CE1 à utiliser ce livret.
Nous évoquerons le principe de résistance avec les phrases codées : La moto suit le vélo, je répète, la moto suit le vélo.
Nous constaterons que cette année encore , ils ont oublié de graduer les lignes des bandes numériques.

Puis, après plus d’une semaine à ruminer ces absurdités, viendra enfin le merveilleux moment de rentrer les résultats sur un logiciel, qui parfois fonctionne, et qui déshumanise à chaque clic le travail de nos élèves.

Cette nouvelle saison aura son lot de nouveautés, avec notamment une nouvelle présentation des résultats aux parents sous forme, tenez-vous bien vous allez être décoiffés, sous forme… d’un radar !
À quoi ça ressemble ? On ne sait pas, le suspens est à son comble.

Mais rassurons-nous, ces évaluations étant en ligne dans leur totalité sur le site eduscol, tout parent inquiet peut aller y récupérer le cahier de l’élève et le guide de l’enseignant pour faire bachoter son enfant.

Mais à quoi elles servent ces évaluations ?

À faire croire à un ministre qu’il a mis au pas toute une profession en exerçant une contrainte très forte sur le travail des enseignantes et des enseignants.
À donner à ce même ministre des occasions de communiquer de façon mensongère.

Suite à la parution des résultats des dernières évaluations de milieu de CP, Blanquer affirmait que les résultats prouvent que tous ces efforts ont porté leurs fruits dans la lutte pour résorber les écarts de performance des élèves suite au confinement. C’est bien loin de ce que nous constatons dans nos classes !
Ces évaluations montrent que la politique éducative actuelle creuse les écarts entre les élèves d’Éducation Prioritaire et les autres. Mais ça, nous ne le lirons jamais dans la communication du ministère.

Encore une fois, pris par son obsession de faire la démonstration de l’efficacité de ses choix, le ministre s’affranchit de la réalité.
Et il annonce dans la foulée que la dynamique permise par les évaluations doit s’accentuer, par « les modifications requises des pratiques » et la définition « d’objectifs pédagogiques concrets ».
Ces évaluations standardisées ont donc bien comme finalité d’obliger tou·tes les enseignant·es à se focaliser sur des « fondamentaux » en imposant des « protocoles » et de les dessaisir de leur métier.

Alors que faire face à ces piles de livrets ?

Les utiliser en aidant les élèves à ne pas se heurter à un mur d’incompréhensions et de difficultés ?
Les faire remplir puis s’asseoir dessus ?
Les oublier au fond d’un carton ?
Nous invitons les conseils des maîtres à débattre et à se positionner collectivement face à ces évaluations standardisées.
La liberté pédagogique est inscrite dans la loi, et les enseignant·es ne sont en aucun cas de simples exécutant·es.
Le SNUipp-FSU apportera tout son soutien aux équipes et aux collègues qui subiraient des pressions.

Argumentaire :