Congrès de l’Internationale de l’Éducation en Afrique du sud

« Pour une éducation de qualité pour bâtir l’avenir »

Publication : Août 2011
Modification : Août 2011

L’IE, l’Internationale de l’éducation, est la plus importante fédération syndicale mondiale. Elle représente 33 millions d’enseignants et de personnels de l’éducation de plus de 170 pays.
Son congrès s’est tenu à Cape Town en Afrique du sud, du 21 au 26 juillet derniers.

Le congrès de l’IE se réunit tous les 4 ans. C’est l’occasion pour les organisations des systèmes éducatifs, de la petite enfance à l’enseignement supérieur, d’échanger sur la situation des systèmes éducatifs dans le monde.
Les échanges, les discussions, les réflexions sur les résolutions votées mettent en évidence les liens existant entre les différents pays, les problèmes souvent identiques auxquels tous sont confrontés par la volonté de mise en place des politiques libérales.

« Pour une éducation de qualité pour bâtir l’avenir ».
Le thème du congrès portait l’ambition du lieu choisi. Les responsables politiques d’Afrique du sud ont ouvert le congrès en marquant leur volonté politique de construire un système éducatif égalitaire, les défis qu’ils ont à relever pour assurer la réussite de tous les enfants alors que le pays n’est sorti que depuis peu d’un régime ségrégationniste et que tant reste à faire.

  • Des nombreux thèmes abordés par les congressistes, on retiendra l’idée que c’est par la transformation des systèmes éducatifs et la prise en compte de la réussite de tous les élèves que s’améliorera la situation des enseignants dans le monde, alors même que partout les mots d’austérité et de réduction des budgets sont à la mode.
    La qualité de l’enseignement passe d’abord par la formation des enseignants, leurs conditions de travail – et en particulier les effectifs -, leur salaire.
  • La généralisation des tests standardisés est vécue partout comme une limitation du pouvoir d’agir des enseignants.
  • Les privatisations, la mise en avance des coûts, la suppression des services publics sont des freins à l’amélioration des systèmes éducatifs.

Le SNUipp était représenté par Marianne Baby, secrétaire générale adjointe.
D’autres syndicats de la FSU étaient également présents à Cape Town : le SNES (2nd degré) ; le SNESUP (enseignement supérieur), le SNCS (chercheurs)...

Le congrès s’est achevé par l’adoption d’un ambitieux document politique sur l’éducation et par de nombreuses résolutions dont une pour l’Europe, à voir sur le site de l’IE :
Résolutions et documents du Congrès de l’IE