CLES2 et C2i2e : fin de la galère !

Après les multiples interpellations de la FSU, les campagnes et pétitions auprès des stagiaires pour demander la suppression de l’exigence des certifications CLES et C2i2e pour être titularisé, le ministre apporte enfin une réponse favorable.

Publication : Février 2013
Modification : Février 2013

 19/02/13 : Après les multiples interpellations de la FSU, les campagnes et pétitions auprès des stagiaires pour demander la suppression de l’exigence des certifications CLES et C2i2e pour être titularisé, le ministre apporte enfin une réponse favorable.

Les stagiaires lauréats des concours 2012, 2013 et 2014 anticipé seront titularisés même s’ils n’ont pas acquis ces certifications.
Ils bénéficieront d’une formation non payante, dans les trois années qui suivent leur titularisation, organisée par les recteurs, afin de les valider.
Un décret devra préciser les modalités de cette mesure dérogatoire.

Par la suite, la formation relative à ces compétences seront intégrées dans la formation des étudiants, au sein des ESPE.

 13/09/12 : Modification de la réglementation CLES

Suite aux interventions du SNUipp-FSU, le ministère est revenu sur l’exigence du CLES pour la titularisation.
Toutes les équivalences annoncées l’an dernier sont réaffirmées. Ces exigences seront demandées à la certification.
Contrairement à l’an passé où une simple information avait été donnée sur le site du SIAC, cette année un arrêté ministériel paraîtra au BO dans les jours prochains. Ainsi le droit commun est reconnu.
C’est une bonne nouvelle pour la plupart des étudiants inscrits en master.
Cependant, tous les problèmes ne sont pas résolus, notamment pour les candidats libres ou les concours internes ! Pour ces derniers, le Ministère s’est engagé à ce que les rectorats proposent et prennent en charge des formations au CLES pendant l’année de PES.

La situation reste néanmoins injuste, le SNUipp avec la FSU continuent de demander à ce que les formations en langues et en informatique fassent partie intégrante de la formation initiale et ne soient pas des exigences supplémentaires.

La nouvelle réglementation pour le CLES et le C2i est sur le site du ministère :
http://www.education.gouv.fr/cid569...

Extrait du site du ministère :
« Ainsi, dès lors que les lauréats, titulaires d’un master, présentent un relevé de notes qui atteste de la validation de crédits dans une langue vivante étrangère (qu’ils aient été acquis en M1 et / ou en M2), ils n’ont pas à justifier du CLES2.
Toutefois, ce Master doit être constitué d’ECTS de langues vivantes qui devront figurer explicitement sur le relevé de notes de Master délivré à l’issue du cycle et qui ne devront pas avoir été obtenus par compensation. »

 14/06/12 : Le ministère vient de publier sur son site le changement de dates de l’exigibilité des certificats :
http://www.education.gouv.fr/pid97/...

 Modification de la date d’exigibilité des certificats de langue et informatique et internet

La date d’exigibilité du certificat de compétences en langue du niveau B2 européen (CLES2) et du certificat informatique et internet de niveau 2 enseignant (C2i2e) est modifiée. Les lauréats des concours externes doivent en justifier la possession à la date de leur titularisation et non plus à la date de la stagiarisation comme auparavant.

 Communiqué de presse FSU
– Les Lilas le 13 juin 2012

 
Le Ministère de l’Éducation Nationale vient d’annoncer sur son site le report de l’exigence d’une certification en langue vivante (CLES2) et en informatique (C2i2E) à la date de titularisation.
Pour la première fois cette année, ces lauréats auraient en effet du justifier à l’entrée en stage de ces deux certifications, à moins de perdre le bénéfice de leurs concours.
A plusieurs reprises, les syndicats de la FSU ont interpellé le précédent gouvernement à ce propos. Les universités ne sont en effet pas en mesure de préparer tous les étudiants à ces certifications (absence d’offre de formation dans certains établissements, manque de places, surcoûts...).
Les situations sont diverses, mais toutes ont créé de nouvelles difficultés aux candidats engagés dans la préparation de leurs concours.
 
Nous nous félicitons donc de la décision du nouveau gouvernement, dont nous avions attiré l’attention.
Elle lève momentanément les inquiétudes de très nombreux candidats, n’étant pas aujourd’hui titulaires de ces certifications, et évitera que de nombreux postes ne soient pas pourvus pour cette raison.
 
Mais ce projet de texte ne règle pas la question et ne fait que reporter le problème à l’année de fonctionnaire stagiaire, sur un temps de travail déjà bien lourd et un temps de formation très insuffisant.
La FSU et ses syndicats demandent que ces certifications ne soient pas exigées pour les lauréats des concours 2012.

Pour l’avenir, ils rappellent que le CLES et le C2i2e ne doivent être exigés comme preuves supplémentaires de qualifications ni pour être nommé fonctionnaire stagiaire en cas de réussite aux concours de recrutement, ni pour être titularisé.
La formation en langue vivante comme en informatique, doit être partie intégrante de la formation initiale des enseignants.
++++

 Lettre unitaire FSU (SNUipp, SNES, SNEP, SNUEP, SNESUP, SNETAP) adressée au Ministre de l’Education Nationale sur les certifications CLES2 et C2i2e

Paris, le 24 mai 2012
Monsieur le Ministre,
La réforme désastreuse de la formation des enseignants de 2009, dont la FSU et ses
syndicats demandent l’abandon, conduit à de nombreuses aberrations. Nous demandons que s’ouvrent une réflexion approfondie et des négociations pour une remise à plat totale de cette réforme ainsi que des textes réglementaires qui l’ont mise en place.
Dans l’urgence, nous vous alertons sur les graves difficultés que rencontrent les étudiants inscrits aux concours d’enseignement. Pour la première fois cette année, les candidats reçus aux concours doivent justifier d’une certification en langue vivante (CLES2) comme en informatique (C2i2E) afin d’être recrutés comme fonctionnaires stagiaires.
Les universités ne sont pas en mesure de préparer tous les étudiants à ces certifications
(absence d’offre de formation dans certains établissements, manque de places, surcoûts...). Les situations sont diverses, mais toutes créent de nouvelles difficultés aux étudiants engagés dans la préparation de leurs concours. De nombreux étudiants nous sollicitent, n’étant pas aujourd’hui titulaires de ces certifications.
La situation est particulièrement grave dans certaines disciplines.

Cela risque d’aboutir à la désaffection de certains candidats admissibles lors des épreuves
d’admission. Pire, certains lauréats ne pourraient être recrutés comme fonctionnaires stagiaires, faute, pour eux, de détenir les certifications en question, et seraient lourdement pénalisés.
La réforme dite de « masterisation » conjugée à plusieurs facteurs (baisse du nombre de
postes aux concours, conditions de travail...) a conduit à une baisse du nombre de candidats aux concours et rend difficile le pourvoi des emplois (en mathématiques par exemple). Une telle situation accroît les problèmes d’attractivité du métier d’enseignant.
De plus, les conditions difficiles dans lesquelles s’opèrent la formation professionnelle la
préparation d’un master et d’un concours ne doivent pas être alourdies par des contraintes
supplémentaires.
Nous considérons que le CLES et le C2i2e ne doivent pas être exigés comme preuves
supplémentaires de qualifications pour être nommé fonctionnaire stagiaire en cas de réussite aux concours de recrutement, puis pour être titularisé. La formation en langue vivante comme en informatique, doit être partie intégrante de la formation initiale des enseignants.
C’est pourquoi Monsieur le Ministre, nous vous demandons en urgence de revenir sur
l’exigence des certifications CLES2 et C2i2e pour les sessions de concours de 2012 (CRPE, CAPEPS, CAPET, CAPLP, CPE, agrégation).

Sébastien SIHR Secrétaire général SNUipp-FSU
Frédérique ROLET Co-secrétaire générale SNES-FSU
Serge CHABROL Secretaire général SNEP-FSU
Jean-Sébastien BELORGEY Co-secrétaire général SNUEP-FSU
Stéphane TASSEL Secrétaire générale SNESUP-FSU
Jean-Marie LEBOITEUX Secrétaire général SNETAP-FSU

++++

 Le SNUipp, avec les autres syndicats enseignants de la FSU, lance une pétition pour demander que les certifications CLES2 et C2i2e ne soient pas exigibles pour le recrutement en tant que stagiaire.

Un moratoire indispensable pour ne pas décourager les candidats aux concours de recrutement.
Une pétition proposée par les syndicats enseignants de la Fédération Syndicale Unitaire (FSU) demande que le CLES2 et le C2i2e ne soient pas exigés comme preuve supplémentaire de qualification pour être nommé fonctionnaire stagiaire en cas de réussite aux concours.
Si le ministère de l’Éducation Nationale indique sur son site, que les étudiants lauréats des concours de l’enseignement n’auront plus à justifier de la certification CLES2 pour être recrutés, pour peu qu’ils fassent valoir la validation de crédits en langues étrangères, cette mesure ne règle en rien la situation de nombreux étudiants se préparant au métier de professeur d’école.

De fait, tous les masters PE ne proposent pas d’enseignement spécifique en langues. Par ailleurs, le ministère n’est pas revenu sur l’exigence de certification C2i2e (informatique et internet).
Des lauréats au concours pourront donc toujours se retrouver dans l’impasse. Le risque est grand alors, de décourager nombre d’étudiants qui pourraient ne plus se présenter à des concours déjà en perte d’attractivité.

C’est pourquoi le SNUipp et les autres syndicats enseignants de la FSU lancent une pétition afin d’obtenir un moratoire, pour une durée de cinq ans, qui suspende l’obligation faite aux lauréats des concours de présenter ces deux certificats.
Ils demandent aussi que cette période soit mise à profit pour intégrer ces formations aux cursus universitaires, afin que tous les étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement puissent à terme en bénéficier.

 Communiqué du SNUipp-FSU du 13 novembre 2011 :

Concours PE : Certification en langues, équité pour les étudiants
Le certificat de compétences en langue (CLES2) ne serait plus exigible pour les lauréats des concours enseignants s’ils ont validés des crédits en langues au cours du master.
Une disposition qui ne règle pas toutes les situations notamment pour les futurs PE.
Le SNUipp-FSU demande un réglement équitable.

Le ministère de l’Éducation Nationale indique sur son site internet que les étudiants lauréats des concours d’enseignement n’auront plus à justifier de la certification de compétences en langue (CLES2) pour être recrutés, si toutefois ils peuvent faire valoir la validation de crédits en langue étrangère dans le cadre de leur master.

Cette disposition ne règle en rien la situation des étudiants inscrits notamment dans les masters préparant au concours PE ne proposant pas d’enseignements spécifiques en langues.
Impossible donc pour eux de valider des crédits dans ce domaine, et les voici à nouveaux contraints de se débrouiller pour justifier du CLES2, sésame dès lors indispensable au recrutement.


Une formation sérieuse pour tous
Le SNUipp-FSU dénonce cette inégalité de fait face au concours devant laquelle sont placés les étudiants.
Il demande au ministère de clarifier au plus vite cette situation et que en l’état, la certification CLES ne soit pas exigible pour un recrutement en tant que stagiaire.
Il en va de même concernant le Certificat Informatique et Internet (C2i2e) qui pose des problèmes identiques.

En tout état de cause, ces qualifications devraient être intégrées à tous les masters afin que tous les futurs enseignants des écoles puissent bénéficier d’une formation professionnelle aussi complète que possible, pour faire face à toutes les dimensions du métier.

Lire le communiqué du SNUipp-FSU